Data, Mossoul en résidence au Théâtre de la Bastille

du lun. 18/09/17 au ven. 22/09/17 à Paris - Théâtre de la Bastille

DATA, MOSSOUL

Session de 5 jours à la table au Théâtre de la Bastille

Avec Véronique Caye, Guillaume Compiano, Xavier Czapla, Camille Durand-Tovar, Edith Proust, Joséphine Serre.
Et avec l'intervention de François Proust (neurochirurgien), Enzo Maggi (informaticien), Roberts Strick (linguiste) et Bertrand Olgivie (philosophe).

Résumé.

Je veux imaginer ce texte comme un tissage, un puzzle, un kaléidoscope qui mettra en dialogue une ingénieure du Web travaillant dans un DataCenter (en France ou aux Etats-Unis), un bibliothécaire ayant recueilli des centaines d’écrits anonymes au fond d’une province (française ou états-unienne) reculée, une archéologue à Mossoul, et le Roi-Scribe Assyrien Assurbanipal. Années 2025, 2016 et - 650 avant JC.
Trois géographies, trois époques, trois civilisations, quatre personnages liés par la question de l’écriture, de la conservation des récits et de la transmission de l’histoire, quatre personnages également liés par la figure de Gilgamesh, roi mythique sumérien dévoré par le désir de trouver l’immortalité et premier héros du premier récit de l’histoire de l’humanité.

Thématiques.

Data, Mossoul est un questionnement sur la puissance de l’écriture, sur ses lieux communs avec le sacré, avec la quête d’une survivance ou d’une «immortalité» : l’écriture comme un rapport intime, mais aussi civilisationnel, au temps, à la mémoire, à la projection, à l’Autre, à la vie, à la mort, à l’absence.

Écrire semble une tentative humaine parmi les plus anciennes de lutte contre les effacements et les disparitions inéluctables imposés par le temps. On écrit pour le hasard du premier venu qui nous lira. Un seul suffit. On lui parle, il écoute.
Nous nous éprouvons humains à travers l’autre et à travers la géographie comme à travers les temps.
Et l’oubli, le silence sont vaincus.

Je souhaite «tresser» entre eux les trois univers parallèles décrits plus hauts - et les leit-motiv obsessionnels de chacun de leurs protagonistes - pour construire un tout qui explore la question des traces et des résurgences, un ensemble qui questionne le pouvoir de la parole et de l’écrit, les liens entre mondes passés et présents, le dialogue entre les vivants et les morts ; le tout traversé, en filigrane, par la quête humaine, espérante et désespérée, de l’immortalité.

Cette interrogation sur l’écriture va de pair avec une interrogation concernant ses différents supports et ce qu’ils induisent comme transformations dans notre perception du réel, de l’espace et du temps.

Elle me permet d’ouvrir vers des thématiques aujourd’hui brûlantes : la confusion entre information et vérité, la prolifération des images, du direct, la conscience permanente que nous avons de la «simultanéité des mondes» ainsi que le cheminement - par le biais des GAFA (Google - Apple - Facebook - Amazon) - vers ce que j’appellerais une «privatisation de la mémoire».

Il s’agit bien sûr de passer par l’intime pour explorer ces bouleversements : mon personnage central (ingénieure du web, que j’appelle Mila Shegg, anagramme de Gilgamesh) a subi un traumatisme qui l’a privée d’une partie de sa mémoire. Un black-out de deux ans. Des données ont été effacées de son cerveau.
C’est donc en parallèle avec le fonctionnement neurologique de notre mémoire intime que je souhaite mener ce voyage dans les méandres de la question de la production des récits, des fictions, des écritures et réécritures de l’histoire.

Calendrier

Du lun. 18/09/17 au ven. 22/09/17
Paris Théâtre de la Bastille
Septembre 2017
L M M J V S D
        01 02 03
04 05 06 07 08 09 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30