Rechercher
 
Partager cette page » 
 
 
 

Présentation

Spectacle en allemand surtitré en français

Ouvert avec Ariane Mnouchkine, refermé avec Christoph Marthaler : si on mesure le poids d’un festival au prestige des metteurs en scène qu’il accueille, alors le Printemps des Comédiens est assurément un grand festival. Car Christoph Marthaler, depuis trois décennies, crée à travers l’Europe des spectacles qui jalonnent les mémoires.
Celui-ci, sous son titre énigmatique, en est comme un magnifique précipité. Il n’est pas nécessaire pour entrer dans cet univers mélancolique d’être un expert de la scène allemande. Mais tout de même un peu de mise en perspective : Christoph Marthaler a toujours eu avec la Volksbühne de Berlin, théâtre du peuple, théâtre de l’Est fièrement revendiqué, un rapport intense.
Or Sentiments connus, visages mêlés, c’est la fin de ce cycle. L’Est n’est plus, le peuple gardien du théâtre, on ne sait. Alors dans le décor nu où Marthaler a installé son spectacle, entre ces murs où des traces révèlent l’emplacement de tableaux décrochés, ce sont comme les fantômes de la Volskbühne qui apparaissent.
Des artistes d’un autre temps dont les silhouettes, les perruques, les vêtements datés n’ont plus de scène pour s’exprimer. Ils parlent à peine, se mettent soudain à chanter à l’unisson - Mozart, Verdi, Haendel - et c’est merveilleux. Il y a là une nostalgie que berce une grâce infinie, un hommage confondant de beauté à vingt-cinq ans de théâtre. Le dernier frisson du Printemps.

(source : http://www.printempsdescomediens.com/2017/programm...)