Rechercher
 
Partager cette page » 
 
 
 

insense

Araujo... les joyaux acteurs

Par yannick butel publié le 2014-07-13

Bientôt minuit place de l’Horloge et alors que les instincts se révèlent à la 113ème minute – et que Götz délivre l’Allemagne en envoyant ad patres l’Argentine – va commencer, juste à côté, à l’Hotel des Monnaies, le fantasmagorique travail du metteur en scène brésilien et paolien Antonio Araujo et du grupo Teatro da Vertigem.... Dire ce que l’on pense pas dans des langues qu’on ne parle pas. Texte narratif et lapidaire, brutal et fécond en obser...

Lire l'article (site externe)

On en parle dans la presse et sur le web

l'insense

Texte narratif et lapidaire, brutal et fécond

Par yannick butel publié le lundi 14 juillet 2014

Bientôt minuit place de l’Horloge et alors que les instincts se révèlent à la 113ème minute – et que Götz délivre l’Allemagne en envoyant ad patres l’Argentine – va commencer, juste à côté, à l’Hotel des Monnaies, le fantasmagorique travail du metteur en scène brésilien et paolien Antonio Araujo et du grupo Teatro da Vertigem.... Dire ce que l’on pense pas dans des langues qu’on ne parle pas. Texte narratif et lapidaire, brutal et fécond en obser... Lire l'article (site externe)...
 

Rue89

les brésiliens Antônio Araujo et Bernardo Carvalho tirent au but et marquent

Par Jean-Pierre Thibaudat publié le samedi 12 juillet 2014

C’est une histoire de pères, de fils et de filles dans un monde en crise. C’est un regard aigu jeté par des Brésiliens sur notre vieille Europe désabusée et paumée, jetée comme un mouchoir sale dans le futur proche ou cauchemardesque du néofascisme. Cela s’appelle « Dire ce qu’on ne pense pas dans des langues qu’on ne parle pas ». Une pièce de Bernardo Carvalho mise en scène par Antônio Araujo, non dans un théâtre mais dans l’hôtel des Monnaies d... Lire l'article (site externe)...
 

les echos.fr

crise brésilienne à l’Hôtel des Monnaies

Par Philippe Chevilley publié le mardi 08 juillet 2014

« Dire ce qu’on ne pense pas dans des langues qu’on ne parle pas »… Dire qu’on Dire qu’on n’a pas aimé ce spectacle avec les mots qu’il faut : face à cet ovni brésilien au nom à rallonge, si plein d’énergie, de trouvailles visuelles et de bonnes intentions, on est triste de devoir... Lire l'article (site externe)...
 

http://www.liberation.fr

« La langue, lieu de résistance et terreau du fascisme »

Par René Solis publié le mardi 08 juillet 2014

Rencontre avec l'écrivain brésilien, auteur de la pièce « Dire ce qu'€™on ne pense pas dans des langues qu'€™on ne parle pas ».... Lire l'article (site externe)...
 

Inferno

Un theatre total à couper le souffle

Par Philippe Maby publié le lundi 16 juin 2014

Ce qui caractérise le théâtre d’Antônio Araùjo, c’est son travail hors des institutions théâtrales et des scènes classiques. Il s’accapare des lieux improbables chargés d’histoire et d’émotions pour privilégier un rapport direct avec le public et susciter la confrontation à l’oeuvre présentée. S’il n’est pas le seul à oser le dépaysement théâtral, il est certainement l’un des metteurs en scène les plus doués et talentueux de sa génération. On ne... Lire l'article (site externe)...
 

Mediapart

D’exil en exil, de dictature en dictature.

Par Dashiell Donello publié le samedi 14 juin 2014

D’exil en exil, de dictature en dictature. Que devenons-nous, qui nous sommes-nous, savons-nous encore quoi faire ? Avons-nous une langue, sommes-nous d’un pays ? Quelle langue parlons-nous pour ne plus savoir qui représente qui ou quoi. Sommes-nous cet homme aphasique de retour d’exil ? Cette fille, économiste, qui va de rendez-vous en rendez-vous voir : un fonctionnaire de l’immigration qui... Lire l'article (site externe)...
 

Le Soir

Un véritable événement

Par Jean-Marie Wynants publié le mercredi 04 juin 2014

Sur les marches de la Bourse de Bruxelles, parmi les sans-abri ayant installé leur campement de fortune, les spectateurs du Théâtre National bavardent en attendant l’ouverture des grilles. Sans le savoir, ils participent ..... Lire l'article (site externe)...
 

les feux de la rampe

Spectacle foudroyant, percutant, hors série

Par Roger Simons publié le dimanche 01 juin 2014

Ca raconte le retour sur notre continent d’un vieil homme. Cet homme qui y a vécu comme exilé politique dans les années 1970, au moment de la terrible dictature militaire brésilienne. Il revient avec sa fille, économiste. Elle souhaite le guérir d’une aphasie totale et l’accompagne de rencontres et de rendez-vous : fonctionnaires de l’immigration, ancien syndicaliste ami, médecin, économistes, hommes d’affaires, qui dessineront... Lire l'article (site externe)...
 

Le Suricate Magazine

Dans la lignée d’un théâtre « ancré dans la vie »

Par Nassima Cherke publié le jeudi 29 mai 2014

Poursuivant dans la lignée d’un théâtre « ancré dans la vie », c’est sans transition que la pièce débute sur les marches de ce bâtiment emblématique bruxellois où, patientant avant le début du spectacle, le spectateur ne peut que percevoir la charge de théâtralité dont recèle notre quotidien urbain. Un ouvrier qui martèle le sol de son marteau piqueur, des étudiants qui se saluent après une longue absence, la conversation d’un homme au téléphone…... Lire l'article (site externe)...
 
 
Masquer la bannière