"Candide, si c'est ça le meilleur des mondes...", teaser

Raconter l'histoire de Candide, c'est avant tout raconter les tribulations d'un antihéros. Un personnage en marge, décalé et qui décale notre lecture du monde par la singularité de son regard.
Le postulat de Candide est simple et terrible. Risible et bouleversant. Il pense que le Mal n'existe pas. Son voyage autour de la terre, sa quête du meilleur des mondes possibles devient notre quête. Il est où le meilleur des mondes auquel nous aspirons ? Celui dont on nous a tant parlé ? À travers le conte philosophique voltairien, nous voulions raconter une histoire pour les étranges enfants du XXIe que nous sommes. Car davantage que l'optimisme de notre temps, en rupture avec l'optimisme religieux du XVIIIe, c'est notre pessimisme que Candide nous apprend à interroger et à "organiser" pour reprendre la célèbre formule de Walter Benjamin. C'est-à-dire cesser de répéter la dégradation et l'anéantissement pour entrevoir autre chose. Quelque chose de ténu, de minuscule, d'invisible presque à l'œil nu. Et qui tremble.

Chacune des figures du conte porte en elle cette vitalité désespérée, cette ténacité increvable qui force à triompher du pire sans cesse répété. Vivre et parler, se raconter ses malheurs encore et puis encore avec l'assurance que raconter c'est déjouer le destin.
Maëlle Poésy et Kevin Keiss

Détail de la vidéo

  • Langue : français
  • Durée : 3 minutes 46 secondes
  • Lieu : Festival Théâtre en mai, Dijon
  • Ajoutée le 30/05/2014
  • Type : Extrait (document vidéo)

Copiez/collez ce code

Copiez/collez ce code (responsive)

Lien direct vers le media

Lien permanent vers cette page/vidéo