Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)

Vénus

de Suzan-Lori Parks

Texte original : Venus traduit par Jean-Pierre Richard

Écrit en 2009 - français

Présentation

On l’appelait "La Vénus hottentote" et on se pressait pour voir son postérieur proéminent et son sexe protubérant. Entre 1810 et 1816, à Londres puis à Paris, elle fut déshabillée, exhibée, détaillée, caricaturée, puis disséquée et conservée dans du formol, en pièces détachées. Elle s’appelait Saartjie Baartman. Née en Afrique du Sud, elle était partie pour l’Europe leurrée par des promesses de célébrité, de richesse, d’amour. On estime qu’elle avait 26 ans au moment de sa mort. Vénus lui restitue sa voix et son histoire, son humanité et ses espoirs. Mais c’est sur le tempo du music-hall, dans l’ambiance surchauffée d’une baraque foraine et à la folle cadence d’un train fantôme que se déroule cette brève et tragique existence. On avait pu découvrir l’Afro-Américaine Suzan-Lori Parks à l’Athénée en 2007 avec Topdog/Underdog, une pièce récompensée par le prix Pulitzer. On retrouve ici son phrasé et son swing, une langue et une pensée où alternent l’agilité et la douceur, et où les envolées lyriques sont cueillies par le punch d’une série d’uppercuts.

Aide(s) et soutien(s)

Sélection(s)

1999

Comité de lecture

La Mousson d'Été