Une côte sur la table (Una costilla sobre la mesa)

Une côte sur la table (Una costilla sobre la mesa)

de Angélica Liddell

Texte original : Una costilla sobre la mesa traduit par Christilla Vasserot

Écrit en 2018 - français

Présentation

Ce livre contient tous les livres, il s’écrit au-dedans et au-dehors, telle une prophétie. C’est le livre des vaincus, des hommes seuls, c’est le livre de tous les morts, de tous les malades et de tous les hélas, hélas de la vie, hélas de l’amour, hélas de la folie, hélas de la mort, une longue plainte qui nous mène à la quête de nouvelles entrailles, entrailles père, entrailles mère, entrailles bien-aimé. Ce n’est pas qu’un requiem, c’est une déflagration de la culpabilité et un besoin d’expiation à travers la beauté. C’est la conscience et l’inconscient qui s’affrontent dans le magma de la folie. L’obscure mémoire de la démence, le voilà le sacré. Le stigmate secret des aliénés réaffirme la persistance de la tragédie, la prédilection de la nature humaine pour la fureur et la rage, le besoin des dieux et de leur colère. Des cercles mystérieux, inextinguibles, dont aucun asile ne viendra à bout, aussi longtemps que la société, l’ordre et les laisses existeront. Prohibition et désobéissance sont liées, nous sommes excommuniés par la société, mis au ban du respect, et sous notre désordre lunatique coule le fleuve de l’angoisse. Nous sommes frénétiques. Nous invoquons la Déraison et nous signons au cœur du bestiaire.