Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)
Couverture de Un bon petit soldat

Un bon petit soldat

de Mitch Hooper


Un bon petit soldat :Synopsis

Karim nous invite à descendre dans le métro avec lui un soir de Noël. Nous l'accompagnons dans son voyage et partageons ses pensées. Il porte une ceinture explosive...

Il semble inconscient des conséquences de l’acte qu’il envisage d’accomplir – pour lui-même autant que pour les autres. Toutefois, il a été perturbé la veille par la rencontre fortuite d'une jeune fille draguée six mois plus tôt, comme une irruption mortifère de la vie.

Il fanfaronne, ironise même sur l'attentat à venir. Mais au fur et à mesure que les stations défilent, il commence progressivement à se rendre compte de ce qu'il va faire, et des conséquences pour les autres. Presque malgré lui, il se met à réfléchir.

Par bribes, nous apprenons son passé et les circonstances qui l'ont amené là. Il n'a jamais connu son père. Sa mère qui fuyait son mal de vivre dans la drogue est morte d'une overdose. Karim avait alors huit ans. C'est lui qui allait découvrir le corps et devoir appeler les secours, qui mirent trois heures à arriver. Avec son frère aîné Khaled, il avait alors été placé dans un foyer. On sent que Karim aime beaucoup son frère, qui a failli devenir footballeur professionnel mais est tombé dans la délinquance. Pendant son séjour en prison, Khaled s’est radicalisé et rapproché de djihadistes, une fois sorti.

Karim est plus méfiant envers certains amis de son frère, notamment Slimane qui entretient des liens avec Daesh. Car Karim de son côté a suivi un autre chemin. À Drancy, il atterrit chez son oncle après avoir été renvoyé du foyer et tombe amoureux d'une fille, Audrey, qui l'entraîne dans un atelier de théâtre. Non seulement il découvre des chefs-d’œuvre qui le bouleversent et des héros auxquels il s'identifie, mais il découvre aussi qu'il a du talent en tant qu'acteur et prend de la valeur aux yeux des autres. Audrey devient sa copine et ensemble ils s'inscrivent dans une école de théâtre à Paris. Dès lors, la situation se dégrade : les autres élèves, de milieux aisés, ont peur de Karim qui ne dispose pas des références culturelles pour se joindre à leurs conversations. Audrey mieux adaptée et intégrée, s'éloigne de lui et finit par le quitter pour un autre élève dont le père est un comédien connu. Par ailleurs, Karim constate que les castings auxquels il est convoqué ne concernent que des petits rôles de dealers ou de terroristes.

Désemparé, Karim accompagne Khaled lors d’un déplacement à Londres. Il finit par se rendre compte que c’est une rencontre organisée avec d’autres djihadistes pendant laquelle on lui propose de participer à un attentat suicide « comme son frère ». Khaled ne l’ayant pas prévenu, il est surpris par cette proposition, mais ne refuse pas. Il est surtout blessé que son frère ne lui en ait pas parlé avant.

Entraîné un peu malgré lui, Karim n’est pas tout à fait convaincu par les arguments des djihadistes, mais le garde pour lui. Petit à petit ces réserves trouvent leur expression dans les opinions qu'il avance en s'adressant à nous dans le métro. Suivant sa propre logique, il finit par juger injuste ce qu'il est sur le point d’accomplir. Il s'identifie aux personnes autour de lui qui risquent d'être tués ou mutilés pour une cause dont ils ignorent tout. La bravoure du début cède la place à la confusion et un questionnement provoqué par l'empathie qu'il ressent. Il finit par s'enfuir sans avoir fait sauter sa ceinture...


imprimer en PDF - Télécharger en PDF

Ces fonctionnalités sont réservées aux abonnés
Déjà abonné, Je suis abonné(e) Voir un exemple Je m'abonne

Ces documents sont à votre disposition pour un usage privé.
Si vous souhaitez utiliser des contenus, vous devez prendre contact avec la structure ou l'auteur qui a mis à disposition le document pour en vérifier les conditions d'utilisation.