Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)

Écrit en 2012 - français

Présentation

Les créateurs du Baleinié, dictionnaire des tracas dont le quatrième tome vient de paraître, reviennent au bercail pour leurs inventions ludiques. Au Rond- Point en 2006, Xu (objet bien rangé mais où ?) précédait de trois ans Oxu (objet qu’on vient de retrouver et qu’on reperd aussitôt). Jean-Claude Leguay, Christine Murillo et Grégoire OEstermann y peaufinaient les définitions de tous ces soucis qui ponctuent le cours des choses ordinaires, nommaient ce qui n’a pas de nom, créaient des termes. « Connaître le mot qui désigne un tracas soulage et rend la chose plus supportable », expliquent-ils. « Souffrir avec précision c’est mieux savoir vivre mal. » Ugzu est le troisième spectacle tiré de leurs séances de travail, mais cette fois on ne va pas seulement devoir « suivre une personne qui roule très vite », voyager « côté hublot avec vue sur l’aile », ou répondre à la « personne qui vous demande “qui c’est ?” en regardant une photo de vous plus jeune ». Cette fois-ci, ils guettent les bonheurs furtifs, des petits coins de paradis. Un peu de sucré dans le fatras des tracas, un monde de douceurs « où les tracas se reposent ». Un monde où « on arrive en retard le premier », où « la facture est égale au devis ». Un monde où « on a tous les feux verts ». Oui…? Sauf qu’on s’est perdu faute d’un feu rouge pour regarder le plan…? À vous faire regretter le temps de « l’atarinien » (automobiliste qui passe si lentement au vert qu’il vous laisse le rouge.)

Sélection(s)

2012

Comité de lecture

La Mousson d'Été