Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)

Silures

de Jean-Yves Ruf

Écrit en 2005 - français

Présentation

«Nous étions les premiers qui eussent forcé l’accès de cette mer silencieuse.» Sous un soleil rouge, l’équipage fuit la terre sur des mers violentes, mers de glace ou d’huile putride. Les marins de Coleridge pourfendent les flots. Le maître à bord abat un albatros qu’il devra porter à son cou jusqu’à la rémission de son péché.
Tous côtoient des créatures funestes, dont une femme aux cheveux d’or, la mort. Seul le poème semble pouvoir sauver le navigateur au passé trouble. Aussi dit-il, le vieux marin : « Cette carcasse-ci sur-le-champ fut tordue / Dans les affres d’une épouvantable agonie / Je dus tout aussitôt commencer mon récit / Lorsque je l’eus fini, la douleur me quitta.»

Nombre de personnages

  • 6 homme(s)
  • 1 femme(s)
  • Autorisation de représentation

    Toute représentation publique est strictement interdite sans autorisation.

    Complément d'information

    Inspiré du Dit du vieux marin de Samuel Taylor Coleridge traduit par Jacques Darras et Le Quart de Nikos Kavvadias.