Présentation

Assise à son bureau, entre un téléphone noir en bakélite et un vieux transistor, une secrétaire en tailleur pied de poule se fait son cinéma. Elle est seule au bureau, glisse sa tête à la place du lion rugissant de la Métro Goldwyn Mayer et son film commence. Jouant comme avec des petits soldats ou des poupées avec les silhouettes découpées, elle revit des scènes d’amour. Un visage de star dans chaque main, elle les fait se rapprocher l’un de l‘autre, mais retarde le moment du baiser fatidique. La musique l’entraîne dans ses doux délires. Tout part en vrille. Bientôt c’est sur son visage qu’elle plaque un minois d’acteur célèbre auquel elle s’identifie. Chemin faisant le rêve vire au cauchemar, on ne pénètre pas impunément dans un film d’Alfred Hitchcock.