Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)
Mon Lave-linge bien-aimé

Mon Lave-linge bien-aimé

de Andònis Georgìou

Texte original : To Αγαπημένο μου πλυντήριο traduit par Michel Volkovitch

Écrit en 2008 - français

Présentation

La pièce est composée de trois monologue d’un style différent qui ont des sujets communs : la solitude, le conventionnalisme, le désir d’aimer et d’être aimé et le droit de chaque être humain à la joie de vivre. Les histoires de ces trois textes forment un cycle et se réfèrent les unes aux autres de diverses manières. Jocaste : Le monologue de Jocaste révèle une version nouvelle de l’histoire d’Œdipe. Jocaste, une femme qui a beaucoup souffert dans sa vie, représente « l’être vivant » qui, sans se plaindre et inopinément, accepte la foi. Bavardage Cette pièce raconte l’histoire d’une femme d’âge moyen. Un jour, elle tombe sur une vieille amie et se rappelle l’aventure amoureuse qu’elle a vécue jadis avec le jeune fils de celle-ci. A l’époque elle avait quarante ans, s’ennuyait et se sentait piégée dans un mariage conventionnel avec enfants. L’expérience a été réjouissante, bien qu’en contradiction avec ses principes moraux et les codes et conventions sociales. Ma machine à laver chérie Un homme d’âge moyen se prépare à quitter sa maison. A ce moment de sa vie, il ne peut parler avec personne d’autre qu’avec sa machine à laver puisqu’il vit seul. Il se rappelle les années qui ont passé et attend en vain un appel téléphonique d’un beau jeune serveur... Il parle sans cesse d’une pièce qu’il aimerait écrire et qui porterait le titre Ma machine à laver chérie. Il s’apprête à aller au théâtre pour voir un monologue qui s’appelle Jocaste …

Nombre de personnages

  • 1 homme(s)
  • 2 femme(s)
  • Aide à l'écriture

    Publié dans le cadre de la Saison culturelle européenne.

    Aide(s) et soutien(s)

    Sélection(s)

    2008

    Comité de lecture

    La Mousson d'Été

    Complément d'information

    Collection Traits d'union.

    Aide à la traduction

    Aide à la traduction de la Maison Antoine Vitez.