Les Emigrés

de Slawomir Mrozek

Texte original : Emigranci traduit par Gabriel Meretik

Écrit en 1975 - français

Présentation

Le premier est un intellectuel qui a fui un pays sclérosé par la pensée unique. L’autre est un paysan rongé par la misère à la recherche d’un « el dorado » improbable. Ils évoluent dans une cave, espace qu’ils définissent comme l’estomac d’une créature qui les digère lentement. Est-ce l’image de l’Europe, ou bien celle de leur propre désespoir ? Ils sont montrés comme des esclaves, et c’est de cette manière qu’ils se regardent l’un l’autre : le paysan est esclave des objets et du monde matériel, ayant pour seul outil son corps, qu’il utilise comme une machine. L’accumulation de biens est son seul but, sa servitude propre. L’intellectuel est esclave de son propre esprit, venu d’un pays où penser est un crime. Il utilise de son alter-ego laborieux comme modèle pour élaborer son grand opus sur la servitude humaine. Mais il se rend peu à peu compte de la vanité de son initiative. Il fini par voir son propre reflet dans l’image que lui renvoi son acolyte. Ils s’observent et se jugent chacun étant le bourreau de l’autre sans imaginer qu’ils sont tous deux les éléments constitutifs d’une même entité, celles de l’esclave désespéré en lutte pour son affranchissement…

Nombre de personnages

  • 2 homme(s)