La última balada de Lucy Jordan (La Dernière balade de Lucy Jordan)

de Fabrice Melquiot

Texte original : La Dernière balade de Lucy Jordan traduit par Manuel Ulloa-Colonia

Écrit en 2006 - espagnol

Présentation

Les bolides du périphérique. Le diamant de pick-up dans le sillon du disque, un ruisseau qui bute. Plus petite que jamais ma mère dans son fauteuil de moleskine, plus petite qu’une coccinelle sans bon dieu, la nuit entre en douce dans son cœur d’aluminium, la nuit entre sur ma peau d’aluminium, ta mère est morte Ari. Ne la regarde pas comme ça, prends-la dans tes bras mon vieux, serre-la contre toi, elle est encore chaude de la vie d’avant, quand les meubles qui grincent faisaient plus de bruit que les mots échangés.

Nombre de personnages

  • 2 homme(s)
  • 1 femme(s)