Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)

Écrit en 2012 - polonais

Présentation

Pour constituer son propre cabaret, qui sera, tel un symbole, présenté dans la salle de la nouvelle fabrique théâtrale du Festival d'Avignon, Krzysztof Warlikowski s'est appuyé principalement sur deux oeuvres traversées par la même problématique : la pièce de John Van Druten, I Am a Camera, et le film de John Cameron Mitchell, Shortbus. Deux oeuvres qui s'ins crivent dans une période violente de l'Histoire : la montée du nazisme en Allemagne pour le premier, l'après 11-Septembre 2001 à New York pour le second. Deux moments de crises, de doutes, où les peurs enfouies et refoulées se libèrent et génèrent en retour une normalisation qui vise à les étouffer. Dans le spectacle imaginé par la troupe du Nowy Teatr comme le portrait d'un groupe d'artistes en résistance, les comportements se libèrent, la parole s'échange et s'adresse directement au public puisqu'au cabaret, le quatrième mur du théâtre s'est effacé. JFP (Festival d'Avignon 2013)