Couverture de Et puis, quand le jour s'est levé, je me suis endormie

Et puis, quand le jour s'est levé, je me suis endormie

de Serge Valletti


Pourquoi j'étais sortie du sillon de la vie qu'on m'avait tracé à l'avance : la maternelle, l'école, le lycée, la faculté, les études de psychologie, le mariage avec un jeune avocat héritier d'une usine de biscuits salés, les trois enfants, la maison secondaire à Saint-Cyr-les-Lecques, les réunions Tupperware…?
Pourquoi ?
Oui, pourquoi ?
Qu'est-ce que c'était cette envie qui m'avait poussée à me retrouver ainsi, en nuisette, sous des projecteurs au tungstène ?
C'était pas précisément la vie que j'avais imaginée !
Quand Rey m'avait fait comprendre que j'étais une bête de scène.
Qu'il fallait que j'aille à Paris.
Que j'allais triompher.
Tu parles !
Les maisons à Santa Monica, les jets privés, les tournées au Bolchoï, les réceptions en grande pompe à l'ambassade du Canada, je n'en voyais pas le début du commencement du bout de la queue.
Au lieu de ça, j'avais la bouche défoncée et les mains qui sentaient le poisson !


imprimer en PDF - Télécharger en PDF

Ces fonctionnalités sont réservées aux abonnés
Déjà abonné, Je me connecte Voir un exemple Je m'abonne

Ces documents sont à votre disposition pour un usage privé.
Si vous souhaitez utiliser des contenus, vous devez prendre contact avec la structure ou l'auteur qui a mis à disposition le document pour en vérifier les conditions d'utilisation.