Écrit en 2014 - français

Présentation

Au milieu des années 70 à Londres, Derek Jarman (1942-1994) - peintre, plasticien, jardinier, metteur en scène, cinéaste, écrivain, scénographe, activiste - assume une position radicale, underground, se manifestant notamment par une appréhension radicale et innovante de la question de l'espace et une attirance pour les marges et tout ce qui s'y passe. Il est l'une des figures emblématiques des courants artistiques qui modifièrent notre rapport à l'image. Dès la fin des années 80, Jarman consacre une grande partie de son temps à son jardin sur la lande de Dungeness, au sud de l’Angleterre, face à la mer et à côté d’une centrale nucléaire . Menhirs de bois, morceaux de ferraille ramassés sur la lande, cercles de pierre veillent sur toutes sortes de plantes qui livrent à la terre un combat à la vie à la mort. Acanthes et anémones, buglosses et santolines, mauves et bourraches. C’est ce même combat que mène chaque jour Jarman avec son propre corps depuis qu’il sait - et qu’il a annoncé publiquement – qu’il est séropositif. C’était le 22 décembre 1986. "Chroma" est comme le jardin. Il est né de ce rêve. Faire pousser des couleurs alors même que l’œil ne peut presque plus les voir.