Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)

Arpeggione

Présentation

Pour Arpeggione,  Louis Barreau convoque également le cinéma du réalisateur iranien Abbas Kiarostami et son film 24 frames qui voit se succéder 24 images fixes mises en mouvement par le cinéaste et son équipe. Entre une violence sourde et une infinie délicatesse, la musique de Schubert, comme le cinéma de Kiarostami, suggèrent la relation d’interdépendance entre le néant et la vie, l’obscurité et la clarté.