theatre-contemporain.net artcena.fr

Les Femmes savantes

de Molière


Les Femmes savantes : La préciosité

La préciosité est un courant de pensée qui marque la société française à partir du début du XVIIe siècle, d’abord chez la noblesse puis ensuite chez la bourgeoisie. Elle se traduit dans les mœurs aristocratiques par un comportement social d’un raffinement extrême.


Si la préciosité date du début du siècle, l'adjectif « précieuse » est employé pour la première fois vers 1650, pour désigner avec ironie les femmes de l'aristocratie affectant dans leurs manières, leurs discours et leurs sentiments une délicatesse excessive. Il n'y eut pourtant pas que du ridicule dans cette mode, qui fit aussi naître une vie intellectuelle et littéraire intense.


En effet, les salons littéraires sont à cette époque le lieu où les femmes s’instruisent mutuellement en toute liberté. Les plus célèbres et les plus influentes des précieuses, Mme de Rambouillet, Mme de Sévigné et Mlle de Scudéry, reçoivent dans leurs salons une société choisie, pour disserter sur des sujets comme la littérature ou l'amour. Ces femmes désirent rénover les mœurs, la langue, la littérature, la philosophie, et cherchent à régner autrement que par leurs charmes. Elles veulent que les hommes les considèrent comme précieuses et qu’ils leur témoignent l’attention qui en découle. (Cette attitude n’est apparue que dans le monde occidental étant donné qu’il est né de l’opposition à l’image chrétienne de la femme.) Ce courant disparait très vite des mœurs (dans les années 1660), mais influence considérablement la littérature de son siècle, notamment en ce qui concerne l'étude psychologique et le lexique amoureux. De nombreux auteurs, de toutes nationalités, se sont emparés de ces personnages pour les ridiculiser sur scène. Molière aussi s’inspire de manière satirique des créations de l’époque.


Caractéristiques :


La préciosité se caractérise par une recherche excessive de la distinction dans :
- Les manières : le précieux se reconnaît déjà à l’habit. La précieuse reçoit ses invités, étendue sur son lit, dans sa chambre au premier étage. De chaque côté du lit sont les « ruelles », l’une pour les visiteurs, l’autre pour les laquais.
- Le langage : plein d’emphases, il emploie des périphrases et métaphores, multiplie les superlatifs, bannit les mots populaires, bas, etc... Un lexique est d’ailleurs né de ce courant.
- Les sentiments : la précieuse, comme une reine à la fois inaccessible et idolâtrée, reçoit les hommages et s’y prête sans se donner en retour, afin de rester libre et d’en recevoir toujours davantage. L’amour devient une sorte de jeu dont la règle proscrit le mariage comme un lien impur et asservissant, et à plus forte raison la passion qui ne souffre pas de limites...



• Quelle serait votre définition de la préciosité? Les caractéristiques sont-elles les mêmes à notre époque?


Extrait du dossier pédagogique du TGP réalisé à l'occasion de la mise en scène de Macha Makeïeff


imprimer en PDF - Télécharger en PDF

Ces fonctionnalités sont réservées aux abonnés
Déjà abonné, Je me connecte Voir un exemple Je m'abonne

Ces documents sont à votre disposition pour un usage privé.
Si vous souhaitez utiliser des contenus, vous devez prendre contact avec la structure ou l'auteur qui a mis à disposition le document pour en vérifier les conditions d'utilisation.