Rechercher
 
vous êtes ici : Accueil Spectacles Le Bruit des arbres qui tombent Espace critiques
Partager cette page » 
 
 
 

On en parle dans la presse et sur le web

lesechos.fr

Les enchantements de Nathalie Béasse

Par Philippe Chevilley publié le vendredi 06 octobre 2017

Sur la scène du Théâtre de la Bastille, recouverte d'une bâche noire en plastique, entrent quatre acteurs en simple habits de...... Lire l'article (site externe)...
 

Le Monde.fr

Le jeu hors les clous de Nathalie Béasse, à La Bastille

Par Brigitte Salino publié le vendredi 06 octobre 2017

Une grande bâche en plastique noir, ça n’a l’air de rien. Au Théâtre de la Bastille, à Paris, trois hommes et une femme, assis aux quatre coins du plateau, en font manœuvrer une, avec des filins. La voilà qui s’élance, s’envole, s’enroule, retombe, sans jamais toucher le sol. On voit, selon les moments, un ciel, un mur ou une vague.... Lire l'article (site externe)...
 

Sceneweb

Nathalie Béasse à corps perdu

Par Stéphane Capron publié le jeudi 05 octobre 2017

Entre performance théâtrale et installation d’art contemporain, le nouveau spectacle de Nathalie Béasse, Le Bruit des arbres qui tombe est indéfinissable. On est tombé sous le charme de cet objet poétique imaginaire.... Lire l'article (site externe)...
 

Libération

«Le Bruit des arbres», vague sensorielle

Par Anne Diatkine publié le jeudi 05 octobre 2017

Nathalie Béasse déroule avec grâce une gamme d’émotions variées dans une pièce rythmée de flashs poétiques.... Lire l'article (site externe)...
 

Mlascene

Danser le fol espoir des hommes

Par Marie-Laure Barbaud publié le dimanche 01 octobre 2017

Au Théâtre de la Bastille, Le Bruit des arbres qui tombent, la dernière pièce de Nathalie Béasse, propose une réflexion sur l’image, celle qui entre en résonance avec l’imaginaire. La matière, source bruyante et murmurante, est manipulée par quatre acteurs, une femme ( Estelle Delcambre) et trois hommes ( Karim Fatihi, Erik Gerken, Clément Goupille), afin d’en faire naître les échos qui touchent. La scène s’ouvre sur une immense... Lire l'article (site externe)...
 

Marianne

Il n’y a pas que Molière dans la vie du spectacle

Par Jack Dion publié le dimanche 01 octobre 2017

Molière est à l’honneur avec deux pièces : « Les Fourberies de Scapin », dans une mise en scène de Denis Podalydès, et « Tartuffe », où Michel Fau est à la baguette. Dans un autre registre, on ne ratera pas « Le bruit des arbres qui tombent », spectacle inclassable signé Nathalie Béasse.... Lire l'article (site externe)...
 

Froggydelight.com

Le titre suscite des réminiscences tchekhoviennes

Par MM publié le dimanche 01 octobre 2017

L'oeuvre de ces auteurs n'entrent pas dans la composition de sa courte partition textuelle qui emprunte notamment à l’Evangile, avec la généalogie de Joseph lui-même ancêtre de l'une des douze tribus d'Israel, Shakespeare, Marguerite Duras en passant par Shakespeare et Gertrude Stein la poétesse cubo-dadaiste de la fratrie des Stein.... Lire l'article (site externe)...
 

Club de Mediapart

Eloge de Nathalie Bécasse

Par Jean-Pierre Thibaudatn publié le jeudi 28 septembre 2017

L’angevine Nathalie Béasse compose des œuvres faites de couleurs et d’êtres humains, de cailloux, d’arbres, de toiles, de corps et de mots. Invitée par la Biennale théâtrale de Venise, elle y a présenté quatre spectacles dont sa nouvelle création, « Le bruit des arbres qui tombent », prochainement à l’affiche du Théâtre de la Bastille. C'est à tomber.... Lire l'article (site externe)...