Accueil de « "Z" Je me crois en enfer donc j’y suis »

"Z" Je me crois en enfer donc j’y suis

+ d'infos sur l'adaptation de Lukas Hemleb,
mise en scène Lukas Hemleb

Distribution

Présentation

Théâtre-Musique
Extraits de Une saison en enfer, fragments des Illuminations d’Arthur Rimbaud

Rimbaud, “fulgurance inépuisable”, “pensée qui ne conclut jamais”, “véritable provocation aux identifications” comment penser un spectacle à son sujet ? “Rimbaud résiste à tout”, dit Lukas Hemleb, metteur en scène. Il nous invite pour un voyage intense dans l’univers du poète, avec pour compagnon Tadashi Kawamata, un plasticien, constructeur d’horizons précaires et somptueux, le plus souvent faits de bois brut. Pour accompagner le mouvement, il s’assure aussi de la complicité sur scène de Ned Rothenberg et de Kazuhisa Uchihashi. Tous deux grands musiciens explorateurs, l’un new-yorkais l’autre japonais, aux instruments à vent multiples et guitares.
“Oublions les poésies mises en chansons, les récitations accompagnées de jazz ou de musique classique. Mettons de côté les adaptations où des comédiens incarnent Rimbaud et Verlaine ou sa famille et les personnes qu’il a rencontrées. Oublions tout procédé où Rimbaud prétend parler à la première personne. Mais imaginons un système de jeu où tout se dérègle, où tout se déconstruit et se fragmente, pour ensuite se reconstruire à travers la musique. Imaginons un ailleurs. Cinq personnes (deux musiciens et trois comédiens) avec les costumes de Tomoyo Funabashi : cela peut ressembler à un quintet de voyageurs, de bouffons métaphysiques, de passeurs, d’explorateurs. Il s’agira de tracer le geste de Rimbaud, ses bonds vers la sortie, ses élans à se projeter vers le dehors, hors de la société, hors de l’Europe, hors du monde.

L’équipée sera folle, tournée tout entière vers l’exploration de la langue de Rimbaud, ses rythmes, ses images ". Partis pour " Une saison en enfer " de 90 minutes, parions que Lukas Hemleb et ses compagnons feront de ces notes et musiques une petite part d’éternité.

" Je ne veux rien montrer, je ne veux rien illustrer, je ne veux pas que les gens pensent que cela évoque les sables de l’Abyssinie, ou la tristesse et les ciels gris, bien bas, de Charleville. Je voudrais que les gens soient confrontés avec la matière brute qui constitue chaque texte, pas seulement les textes de Rimbaud : cette force poétique, ce pouvoir de servir d’éponge à la réalité des gens. C’est cette matière brute qui traverse les siècles. "

Lukas Hemleb

En vidéo

"Z" Je me crois en enfer donc j’y suis, m.e.s. Lukas Hemleb

Calendrier

Première représentation référencée

Lyon
Le vendredi 16 septembre 2011
Les Subsistances
Septembre 2011
L M M J V S D
      01 02 03 04
05 06 07 08 09 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30    

Dernière(s) représentation(s) référencée(s)

Lyon
Du ven. 16/09/11 au sam. 24/09/11
Les Subsistances
Septembre 2011
L M M J V S D
      01 02 03 04
05 06 07 08 09 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30