Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)
Accueil de « Yvonne, Princesse de Bourgogne »

Yvonne, Princesse de Bourgogne

mise en scène Jacques Vincey

On en parle dans la presse et sur le web

Image de la critique de Théâtre du blog

lundi 24 novembre 2014

Un joyeux moment absurde de farce triviale.

Par Véronique Hotte

Yvonne, princesse de Bourgogne, de Witold Gombrowicz, traduction de Constantin Jelenski et Geneviève Serreau, mise en scène de Jacques Vincey L’imaginaire de l'écrivain et dramaturge polonais est théâtral, comme par nature : l’interaction des êtres entre eux est l’essence de ses pièces, ce qui privilégie une vision artistique avant-gardiste, autant que chaotique et bousculée. Selon Blonsky, spécialiste de Witold Gombrowicz, si les hommes...

Lire l'article sur Théâtre du blog

Image de la critique de Webtheatre

dimanche 23 novembre 2014

Une bombe à fragmentation

Par Dominique Darzacq

Depuis sa naissance en 1957 au Théâtre dramatique de Varsovie, alors que son papa Gombrowicz avait immigré en Argentine, la « mollichonne » Yvonne n’a cessé de courir les tréteaux du théâtre comme de l’opéra. Arrivée en France dans les valises de Jorge Lavelli, qui créa la pièce en 1965 au théâtre de Bourgogne de Jacques Fornier puis au Théâtre de l’Odéon, elle a, depuis, inspiré avec plus ou moins de bonheur bon nombre de nos metteurs en scène....

Lire l'article sur Webtheatre

Image de la critique de hottello

dimanche 23 novembre 2014

Un joyeux moment absurde de farce triviale.

Par Véronique Hotte

L’imaginaire du dramaturge polonais Witold Gombrowicz est théâtral comme par nature : l’interaction des êtres entre eux fait l’essence de son drame, ce qui privilégie une vision artistique avant-gardiste autant que chaotique et bousculée. Blonsky, spécialiste de Gombrowicz, écrit que si les hommes dans cette œuvre ressentent, pensent, font, ils ne le ressentent ou ne le font que par rapport aux autres hommes, grâce à eux et pour eux. Tout être...

Lire l'article sur hottello

Image de la critique de Journal La Terrasse.fr

samedi 08 novembre 2014

Yvonne : un élément de décomposition

Par Manuel Piolat Soleymat

Les uns jouent au ping-pong, les autres font du fitness, du stretching sur un espalier de gymnastique, du running sur un tapis de course… Tout cela, pendant que le public entre pour assister à la version d’Yvonne, Princesse de Bourgogne créée par le nouveau directeur du Centre dramatique régional de Tours. Dans un intérieur bourgeois – version design contemporain – entouré d’un jardin tropical dont la luxuriance tranche avec les lignes pures de...

Lire l'article sur Journal La Terrasse.fr

Image de la critique de L'Humanité.fr

lundi 27 octobre 2014

Sacrifice de la princesse empotée

Par Jean-Pierre Léonardini

Jacques Vincey, nommé le 1er janvier dernier à la tête du Centre dramatique régional de Tours, y a créé, dans le théâtre Olympia flambant neuf, Yvonne, princesse de Bourgogne (1938), de Witold Gombrowicz (1904-1969). Spectacle en tournée (1). On salue une réussite. La férocité asociale de l’auteur de Ferdydurke et de la Pornographie, romans sans pitié sur l’immaturité généralisée régnant dans un monde dont il n’est rien à attendre, est servie sur...

Lire l'article sur L'Humanité.fr

Image de la critique de Télérama.fr

samedi 25 octobre 2014

Yvonne est une antiprincesse.

Par Emmanuelle Bouchez

Loin d'être celle que tous admirent, elle est celle que tous abhorrent et qui excite les plus bas instincts. Qu'est-ce qui a bien pu passer par la tête du jeune Polonais Witold Gombrowicz (1904-1969) pour qu'en 1938 il invente pareil personnage ? Une fille du peuple, laide et « mollichonne », élue fiancée par le prince héritier dans un geste potache qui finit par détruire l'équilibre de la cour......

Lire l'article sur Télérama.fr

Image de la critique de Le Monde.fr

jeudi 02 octobre 2014

Yvonne, héroïne mollassonne d'un spectacle qui ne l'est pas

Par Fabienne Darge

Jacques Vincey adapte avec succès Witold Gombrovicz pour sa première mise en scène au Théâtre Olympia de Tours....

Lire l'article sur Le Monde.fr

Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)