Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)
Accueil de « Vaterland : Le Pays du père »

Vaterland : Le Pays du père

mise en scène Cécile Backès

On en parle dans la presse et sur le web

Image de la critique de Dans la tête du spectateur

lundi 19 mai 2014

La narration complexe est-elle transposable sur scène ?

Par Saad

Sur le tract promotionnel publié par la MC2 pour ce spectacle, on peut lire une citation extraite du célèbre site de critiques Les Trois Coups évoquant « une mise en scène fine et personnelle du récit intime de Jean-Paul Wenzel » ainsi « qu’un road-movie rock joliment orchestré ». J’aimerais partager l’enthousiasme de ma consoeur passionnée de théâtre, dont la critique m’a paru au demeurant convaincante, mais...

Lire l'article sur Dans la tête du spectateur

Image de la critique de Lamaisonenverre

dimanche 16 mars 2014

Le récit de l'Allemagne entière

Par Claire Montanari

Plusieurs temporalités se mêlent dans le récit de Jean-Paul Wenzel mis en scène par Cécile Backès, Vaterland, le pays du père. 1945, Saint-Etienne, Baden-Baden, 1982, Hamburg, Frankfort, Wuppertal (la ville de Pina Bausch). On pourrait craindre que ce dédoublement temporel soit artificiel. Il suffit cependant de s’être un peu promené en Allemagne – et surtout à Berlin – pour savoir que les traces de l’Histoire y coexistent étroitement....

Lire l'article sur Lamaisonenverre

Image de la critique de Journal La Terrasse

mardi 11 mars 2014

Une belle adaptation théâtrale d’un texte fort

Par Catherine Robert

Cécile Backès met en scène le texte écrit par Jean-Paul Wenzel avec Bernard Bloch, dans lequel se mêlent archéologie autobiographique et fiction. Une partition au suspense prenant et un beau travail scénique....

Lire l'article sur Journal La Terrasse

Image de la critique de L'Humanité

lundi 10 mars 2014

Des retours en Allemagne

Par Jean-Pierre Léonardini

L’œuvre tient de l’autofiction, comme on dit pour le roman. Elle a trait au voyage effectué par l’auteur en Allemagne, il y a quelque trente ans, sur les traces de son père, soldat de la Wehrmacht revenu en Allemagne après avoir volé l’identité d’un Français mort. Le frère de...

Lire l'article sur L'Humanité

Image de la critique de Theatre au Vent

dimanche 02 mars 2014

La vie comme un roman.

Par Evelyne Trân

La vie comme un roman. Oui, pourquoi pas, mais alors il faudrait que le train s’arrête en marche. Il faudrait se projeter dans le passé, dans le futur et se prendre pour un héros.

Lire l'article sur Theatre au Vent

Image de la critique de Rideau !

samedi 01 mars 2014

Une quête peut en cacher une autre

Par Jack Dion

L’histoire d’origine est banale. C’est celle d’un jeune soldat allemand de la Wehrmacht, Wilhelm (Martin Kipfer), qui dérobe les papiers d’identité d’un français, Louis Duteil, et qui se fait passer pour ce dernier afin de draguer Odette (Cécile Gérard), à Saint-Etienne, en 1944. Puis Wilhelm disparaît, traqué par Henri (Maxime Le Gall), frère de Louis, qui veut élucider la disparition de ce dernier. Plus tard, bien plus tard, en 1982,...

Lire l'article sur Rideau !

Image de la critique de Journal La Terrasse.fr

vendredi 14 février 2014

Un récit à trois voix

Par Manuel Piolat Soleymat

C’est une écriture très sensible, truffée d’images virtuelles et sonores, des images qui ont d’ailleurs pour partie échappé à leur auteur. Il y a un très grand trait d’inconscience dans ce récit.Vaterland constitue une matière très riche pour un metteur en scène. Ce texte possède une capacité d’évocation très forte. J’aime quand les choses ne sont pas dites, quand l’écriture laisse un espace libre pour...

Lire l'article sur Journal La Terrasse.fr

Image de la critique de Les Trois Coups

jeudi 29 mars 2012

Vaterland : pays d’où l’on ne revient jamais

Par Laura Plas

Le festival « Vi(ll)es » s’ouvre au Théâtre Gérard‑Philipe avec « Vaterland ». Et c’est une très jolie ouverture. Cécile Backès propose, en effet, une mise en scène fine et personnelle du récit intime de Jean‑Paul Wenzel. Le charme agit donc. Grâce aux ressources de la vidéo, et de la bande‑son, on suit les quatre personnages dans ce labyrinthe où ils se cherchent, se croisent, se perdent et se trouvent… sans plus vouloir en sortir...

Lire l'article sur Les Trois Coups

Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)