Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)
Accueil de « Une puce, épargnez-la »

Une puce, épargnez-la

+ d'infos sur le texte de Naomi Wallace traduit par Dominique Hollier
mise en scène Anne-Laure Liégeois

On en parle dans la presse et sur le web

Image de la critique de Les Trois Coups

mercredi 02 mai 2012

Une robe moutarde au milieu des corbeaux

Par Ingrid Gasparini

« Une puce, épargnez‑la » est un huis clos qui suit la mise en quarantaine d’une maison de l’aristocratie londonienne en pleine épidémie de Grande Peste. Volets fermés, langue capiteuse et poétique, haleine fétide de la mort qui se complaît dans un dernier baiser. Le plateau se fait peu à peu envahir de corbeaux, et le public balance, tout à la fois captif et captivé...

Lire l'article sur Les Trois Coups