Accueil de « Une nuit arabe »

Une nuit arabe

mise en scène Chloé Brugnon

Distribution

Présentation

Une coupure d’eau étrange, un ascenseur en panne, une porte qui se referme derrière soi, un homme qui se décide à venir parler à la voisine d’en face, et la mécanique bien huilée du cours des vies de cinq habitants d’une cité X s’enraille.

Une nuit arabe est une pièce qui met tout d’abord en scène le quotidien d’un immeuble, puis, ce qui va de pair, la folie, l’onirisme et la poésie qui naissent de ce qui nous paraît trivial, immuable, dépourvu de tout imprévu, mais qui ne tient finalement qu’à un fil. Il suffit parfois d’un grain de sable pour que l’on perde notre habilité à contrôler chaque évènement de notre vie.

Il y a une sorte de formule magique au début de cette pièce : « Je me demande ce qui se passerait si, pour une fois, elle se réveillait en pleine nuit. » Effectivement cette nuitlà rien ne se passe comme d’habitude. Comme des enfants qui démarrent un jeu par cette petite phrase « on dirait que tu étais ceci, cela…. », les personnages se laissent prendre par l’espace du rêve, et parce que ce ne sont pas des enfants, par leurs fantasmes aussi. Ces fantasmes oubliés, refoulés, justement grâce à la routine que l’on installe dans nos vies pour mieux les maitriser, que se passerait-il si on les laissait nous envahir ?

Chloé Brugnon