Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)
Accueil de « Une femme se déplace »

Une femme se déplace

+ d'infos sur le texte de David Lescot
mise en scène David Lescot

:Musique

par David Lescot

La musique d'Une Femme se déplace traduit la dimension émotionnelle de l'expérience surnaturelle vécue par Georgia, et lui donne sa couleur esthétique. C'est à travers la musique que l'on ressent que c'est à travers sa vision que l'histoire nous parvient. Le style des morceaux sera varié, avec une tendance tournée vers la pop, la soul et le spoken word, qui consiste à poser du texte parlé sur du rythme ou de la musique.

La formation musicale est composée d'un piano électrique (Fabien Moryoussef), d'une basse (Philippe Thibault, avec qui j'ai collaboré à de nombreuses reprises, notamment sur Les Jeunes en 2012ou sur Revue Rouge en 2015), d'une guitare (Ronan Yvon), et d'une batterie (Anthony Capelli). C'est une formation qui permet de glisser d'un genre musical à l'autre tout en gardant une forte signature sonore. Il s'agit aussi d'instrumentistes qui ont croisé la musique avec le théâtre et qui connaissent les exigences de temps et d'organisation représentées par un tel mélange.

J'ai décidé de travailler avec Anthony Capelli, avec qui j'ai collaboré à la musique des Ondes magnétiques, créé au printemps dernier à la Comédie française, et pour lequel nous avions inventé une bande originale accompagnant l'épopée des radios libres en France au début des années 80. Pour ce projet nous avions composé l'un et l'autre, lui les instrumentaux et moi les morceaux chantés. Cette fois, je me charge de la composition, car j'ai besoin d'écrire les textes des chansons en même temps que la musique. Anthony Capelli se charge des arrangements et de la couleur électronique des morceaux, dont il est un excellent spécialiste. Nous avons en effet décidé de mêler un geste musical acoustique et des effets électroniques, qui traduisent l'étrangeté de l'expérience vécue, et font un clin d'œil au genre de la science-fiction. Ici, la musique, comme la danse, est plus qu'un accompagnement ou qu'une illustration du texte.
C'est la structure même de la pièce, la forme qui permet de distinguer la vision objective (la vie "normale") et la vie profonde, la vérité des êtres. Elle transforme l'esthétique scénique comme le langage, donne à l'écriture et au récit sa direction, et, comme à l'opéra, c'est elle qui dessine en profondeur les personnages.

imprimer en PDF - Télécharger en PDF

Ces fonctionnalités sont réservées aux abonnés
Déjà abonné, Je suis abonné(e) Voir un exemple Je m'abonne

Ces documents sont à votre disposition pour un usage privé.
Si vous souhaitez utiliser des contenus, vous devez prendre contact avec la structure ou l'auteur qui a mis à disposition le document pour en vérifier les conditions d'utilisation.