Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)
Accueil de « Un Eté à Osage County »

Un Eté à Osage County

+ d'infos sur le texte de Tracy Letts traduit par Daniel Loayza
mise en scène Dominique Pitoiset

:Présentation

Perdu au milieu des USA, le soleil estival brûle les hautes plaines des terres indiennes du Wild West et attise la haine dans le clan des Weston. Trois soeurs se retrouvent à la mort du patriarche dans la demeure familiale auprès de Violet, leur mère. Ici, rien ne change : avec le temps, les meubles comme les gens se patinent et cachent leurs taches sous des vernis mal finis… Alors forcément, ça éclate au bout d’un moment. On en est là, à Osage. Parce que le père ne reviendra pas répondre aux questions que son absence pose et parce que la mère, malade rongée par la drogue, avive les entailles laissées par les silences. On se retrouve à la table de Festen (le film de Thomas Vinterberg) ou dans la maison des Trois Sœurs de Anton Tchekhov… On est au cœur d’une famille comme tant d’autres finalement, lorsque les langues s’affûtent, taillent dans le vif et percent les secrets. Primée (entre autres) d’un prix Pulitzer en 2008 et adaptée au cinéma en 2013 par John Wells, cette comédie noire à suspense brille par son cynisme lumineux et ses personnages hauts en couleurs. Ça grince et, sous cette fine plume, les rayures du huis-clos intime trahissent l’état d’un pays qui repose sur un vieux rêve bien délabré. Et aujourd’hui, on en est où de l’American Way of Life et de sa réclame : « la vie, la liberté et la poursuite du bonheur » ?

imprimer en PDF - Télécharger en PDF

Ces fonctionnalités sont réservées aux abonnés
Déjà abonné, Je suis abonné(e) Voir un exemple Je m'abonne

Ces documents sont à votre disposition pour un usage privé.
Si vous souhaitez utiliser des contenus, vous devez prendre contact avec la structure ou l'auteur qui a mis à disposition le document pour en vérifier les conditions d'utilisation.