Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)
Accueil de « Tout ce qui nous reste de la révolution, c'est Simon »

Tout ce qui nous reste de la révolution, c'est Simon


:Le Spectacle

En 2005, j’invitais les acteurs de tg STAN à s’installer durablement au Théâtre de la Bastille. Au coeur du projet, deux reprises : My Dinner with André et Voir et voir et deux créations : Anathema et L’Avantage du doute.

Ce dernier fut réalisé sur les bases d’un stage dirigé par Frank Vercruyssen pour des acteurs français au Théâtre Garonne, à Toulouse. Parmi eux, Simon Bakhouche et Nadir Legrand. Sortant de cette aventure, un certain nombre de ces acteurs décidèrent de rester liés. Ils prirent le nom du spectacle qui les avait réunis : L’Avantage du doute ! Un nouveau groupe était né.

Le premier projet issu de la réunion de ces générations différentes fut de réinterroger Mai 68. Hélène Laverge les accueillit au Bateau Feu à Dunkerque pour un premier workshop et un travail d’enquête, que je suis allé voir, bien sûr.

L’année d’après, à l’automne 2008, un spectacle naissait. Seul Nadir Legrand manquait, retenu par Les Possédés en tournée. Ainsi en va-t-il des scissiparités ! Mais il revient.

Après une telle histoire, il eut été dommage de ne pas chercher quelques jours libres au cours de la présence des Possédés pour qu’ils continuent à la Bastille ce qu’ils y ont si bien commencé.

Voici donc, né des STAN et des Possédés, Tout ce qui nous reste de la révolution, c’est Simon.

Jean-Marie Hordé

imprimer en PDF - Télécharger en PDF

Ces fonctionnalités sont réservées aux abonnés
Déjà abonné, Je suis abonné(e) Voir un exemple Je m'abonne

Ces documents sont à votre disposition pour un usage privé.
Si vous souhaitez utiliser des contenus, vous devez prendre contact avec la structure ou l'auteur qui a mis à disposition le document pour en vérifier les conditions d'utilisation.