Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)
Accueil de « The Scarlet letter »

The Scarlet letter

mise en scène Angélica Liddell

Télérama.fr

:“The Scarlet letter”, la dernière provocation pas très #MeToo d’Angélica Liddell

Par Emmanuelle Bouchez
publié le 2019-01-19

L’artiste catalane réunit sur scène discours anti-féministe et hommes nus, pour faire de sa nouvelle pièce un concentré de politiquement incorrect. Audacieux, mais répétitif....

Lien vers l'article :

On en parle dans la presse et sur le web

Sceneweb

Image de la critique de Sceneweb

lundi 10 décembre 2018

The Scarlet Letter, Angélica Liddell, artiste amoureuse avec un grand A

Par Christophe Candoni

Avec la liberté de ton et la folle provocation dont elle est coutumière, Angélica Liddell impose dans The scarlet letter un propos qui prend à rebrousse-poil le combat féministe qui agite notre époque post-Weinstein dont elle conteste fermement le néopuritanisme. La pièce a été donnée en première française au CDN d’Orléans avant sa reprise à La Colline en janvier....

Lire l'article sur Sceneweb

Mon Tétras-Lyre

Image de la critique de Mon Tétras-Lyre

dimanche 09 décembre 2018

Une oeuvre poétique, artistique, littéraire signée Angélica Liddell

Par Bernard Thinat

Angélica Liddell revendique le droit à l’offense, et elle en use dans son dernier spectacle, « The Scarlet Letter », adapté très librement du roman éponyme de l’écrivain américain Nathaniel Hawthorne. Ecrit en 1850, son pamphlet dénonce l’hypocrisie des premiers habitants d’une colonie en Nouvelle-Angleterre, dans la seconde moitié du XVIIème siècle, administrée par des puritains, intransigeants sur l’ordre moral et religieux....

Lire l'article sur Mon Tétras-Lyre

Magcentre

Image de la critique de Magcentre

vendredi 07 décembre 2018

The scarlett letter : performances pour la liberté

Par J.-J.T.

C’est peu dire qu’Angélica Liddell dont le CDNO nous présentait hier soir la création mondiale de The Scarlett Letter à son propre langage, sa gestuelle, son vocabulaire. A partir de ce roman américain dénonçant le puritanisme et l’hypocrisie de la société qui condamnait la femme adultère à porter la lettre A comme plus tard une étoile jaune infamante, Angélica Liddell transpose cet A...

Lire l'article sur Magcentre

Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)