Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)
Accueil de « Scanner »

:Dramaturgie

Le travail de Scanner est une tentative d’énonciation, de prononciation, d’articulation puis de dénonciation et de décomposition du monde dans lequel nous vivons directement quotidiennement et mondialement. C’est un travail de décryptage et d’analyse, de combat et d’attaque, d’angle du vue et de regard posé sur.

C’est aussi la tentative de mise à jour, et partant de l’exploration puis de vision critique de notre situation de vie actuelle - c’est-à-dire de notre positionnement à l’intérieur de ce que Guy Debord a nommé une Société de spectacles et a très précisément décrit -, mais d’une manière qui se voudrait la plus exhaustive et précise possible.

Pour autant, ce ne sera en aucun cas un cours magistral une vision théorique, un spectacle pédagogique et surtout pas nostalgique, tout le contraire.

Je souhaite tenter de rendre le plus accessible possible la langue classique de Debord et sa dialectique. Pour cela, l’acteur sera au centre du dispositif. Il ne sera surtout pas réduit au statut de voix-off d’une nouveau genre de cinéma debordien.

Il devra faire en sorte que la parole existe aussi sans le secours de l’écran à certains moments. Il pourra tout aussi bien, à plusieurs occasions, être seul aux prises avec le poème de Debord. Parce qu’au delà de la dialectique marxiste et hégélienne, au delà de la voix purement révolutionnaire, au delà du jeu, du détournement, de la dérision et de l’humour sarcastique, au delà de la puissante et incomparable analyse politique, il y a cette langue somptueuse, ce style inimitable qui a fait dire à plusieurs grands autres écrivains contemporains qu’In girum imus nocte… était notamment l’un des plus grands livres du XXe siècle. Cette langue, l’acteur devra s’en emparer et y emmener, y faire voyager le spectateur, afin que celui-ci s’interroge et réagisse, se positionne ou s’en aille, réfléchisse sur sa situation, se pose de vraies questions. A cette fin, les procédés déjà décrits sont non seulement toujours valables mais ont aujourd’hui ceci de précieux et de concret qu’ils ont été validés par une pratique de répétitions, déjà effectuées et par l’expérimentation des acteurs sur le plateau.

Pour finir, il ne s’agit pas pour nous d’asséner et de prendre parti autour de certaines revendications politiques, par le biais du théâtre, comme les thèses révolutionnaires émises dans les écrits de Debord, mais bien plutôt de sincèrement partir de notre naïveté face à ce pan de l’histoire et la faire clairement réentendre et en observer les nouveaux jaillissements, les nouveaux éclairs, à travers le prisme de notre monde actuel.

imprimer en PDF - Télécharger en PDF

Ces fonctionnalités sont réservées aux abonnés
Déjà abonné, Je suis abonné(e) Voir un exemple Je m'abonne

Ces documents sont à votre disposition pour un usage privé.
Si vous souhaitez utiliser des contenus, vous devez prendre contact avec la structure ou l'auteur qui a mis à disposition le document pour en vérifier les conditions d'utilisation.