Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)
Accueil de « Scanner »

:Qui êtes-vous Guy Debord ?

« Qui était Guy Debord ? Un des derniers révolutionnaires du XXe siècle, et un des seuls parmi ceux qui ont pensé et écrit au cours des décennies passées à avoir refusé passionnément la société de son temps, et en connaissance de cause. »
Vincent Kaufman, Préface de Guy Debord, Œuvres

« Qui fut réellement cet homme qui fit couler beaucoup d’encre ? J’ai l’impression qu’un seul mot résume au final sa trajectoire inclassable : le dépassement.
Debord fut l’homme du dépassement de l’art. Il effectua ensuite le dépassement du cinéma. Plus tard il dépassa le marxisme et l’anarchisme. En parallèle, il dépassa le couple, puis l’amour. Il lui fallut enfin dépasser la douleur, avant de procéder à l’ultime entreprise : celle du dépassement de la vie. »
Christophe Bourseiller, Vie et mort de Guy Debord

« Vivant dans une société que seul il eut le secret de comprendre, et l’audace de dénoncer – la société du spectacle – est devenu lui-même la tentation et le désespoir des imitateurs, il a toujours été, pour ainsi dire, seul de son bord, allant à sa fantaisie, tenant peu de compte des réputations, même des gloires contemporaines, et marchant droit au peuple des lecteurs, parce qu’il était plus assuré d’être senti par le prolétariat rebelle qu’approuvé par les intellectuels en place.
Guy Debord a su briller dans tous les domaines qu’il a abordés tour à tour. Ce n’était pas seulement la révolte et la critique sociale qui lui donnaient de l’éclat ; son grand génie embrassait tout, l’antique comme le moderne, l’histoire, la philosophie, la sociologie la plus solide, et les arts avec les sciences. Il n’y avait livre qu’il ne lut, il n’y avait homme excellent, ou dans quelque spéculation, ou dans quelque ouvrage, qu’il n’entretint ; tous sortaient plus éclairés d’avec lui, et rectifiaient leurs pensées, ou par ces pénétrantes questions, ou par ses réflexions judicieuses. Aussi ses conversations étaient un charme, parce qu’il savait parler à chacun selon ses talents.
Toute la France le sait, car il a été consulté de toute la France ; et il faut même que ses ennemis lui rendent ce témoignage, que ces conseils étaient droits sa doctrine claire, ses discours simples, ses jugements sûrs, ses raisons pressantes, son autorité considérable, et sa fermeté invincible. »
Jean-Marie Apostolidès, Guy Debord, traces, revers, écarts

imprimer en PDF - Télécharger en PDF

Ces fonctionnalités sont réservées aux abonnés
Déjà abonné, Je suis abonné(e) Voir un exemple Je m'abonne

Ces documents sont à votre disposition pour un usage privé.
Si vous souhaitez utiliser des contenus, vous devez prendre contact avec la structure ou l'auteur qui a mis à disposition le document pour en vérifier les conditions d'utilisation.