Accueil de « Roberto Zucco »

Roberto Zucco

mise en scène Richard Brunel

On en parle dans la presse et sur le web

Le Coryphée

Image de la critique de Le Coryphée

mardi 02 février 2016

Roberto Zucco entre terre et ciel

Par Moussa Kobzil

Roberto Zucco, pièce de Bernard-Marie Koltès écrite en 1988 s’inspire de l’histoire d’un véritable tueur en série qui a sévit an France et en Suisse, Roberto Succo. Roberto Zucco est condamné pour avoir tué son père, il s’échappe de sa prison pour frapper à la porte de sa mère qu’il tue aussi quelques instants plus tard en la serrant trop fort dans ses bras. Un double parricide qui déjà donne le ton de la pièce......

Lire l'article sur Le Coryphée

L'Humanité

Image de la critique de L'Humanité

lundi 01 février 2016

Roberto Zucco, course folle et collisions

Par Rosa Moussaoui

Richard Brunel met en scène un Roberto Zucco au rythme enlevé. Par flashs successifs, l’errance du serial killer se brise en collisions qui finissent par le perdre....

Lire l'article sur L'Humanité

I/O Gazette

Image de la critique de I/O Gazette

dimanche 31 janvier 2016

A Saint-Denis, on s'ennuie sec

Par Audrey Santacroce

Question : confier un premier rôle de l’envergure de Roberto Zucco à Pio Marmaï, vedette de cinéma pourtant formé au théâtre, était-il une bonne idée ? Réponse : pas sûr. Malgré des mines de chats et une agilité folle dans un début prometteur, la pièce s’enlise rapidement et l’espoir qu’on y avait placé s’effondre. Bernard-Marie Koltès est peu gâté en ce début d’année, après un « Retour au désert » décevant au Théâtre de la Ville....

Lire l'article sur I/O Gazette

Le JSD

Image de la critique de Le JSD

lundi 25 janvier 2016

« Zucco, un personnage qui déraille et qui fascine »

Par Benoît Lagarrigue

Roberto Zucco est la dernière pièce qu’a écrite Bernard-Marie Koltès en 1988, peu avant sa mort. À partir du fait divers qui l’a inspiré, celui du tueur en série Roberto Succo, l’auteur dramatique raconte en de courtes scènes le parcours sans issue d’un homme ambivalent, à la fois attachant et repoussant. « Cette pièce pose la question du monstre et du rapport à la société, qui est souvent au centre de mon travail », remarque Richard Brunel,

Lire l'article sur Le JSD

Richard Brunel est passé à côté de l’indémodable Roberto Zucco
Image de la critique de
Primo, j’adule Koltès, à travers son style d’écriture et ses personnages. Son Roberto Zucco, que l’on idolâtre malgré sa folie meurtrière, est le résultat d’une dramaturgie envoûtante. Un personnage perdu, étranger à lui-même, tel le Meursault de Camus. Koltès nous plonge dans l’absurde, au croisement des histoires de la gamine et celle de Roberto. Il essaie de nous perdre comme l’est son personnage....

Lire la critique

Le Clou dans la planche

Image de la critique de Le Clou dans la planche

dimanche 17 janvier 2016

To be or not to be

Par Suzanne Beaujour

Dernière pièce de Bernard-Marie Koltès, elle est la seule à être inspirée d’un fait divers à peine déguisé, de Succo à Zucco. Le criminel, par la démesure de ses agissements incompréhensibles (puisqu’il s’agit de meurtres en série sans mobile, dont la justice jugera Succo irresponsable), amène l’écriture de Koltès vers le tragique et la folie, d'inspiration romantique ou shakespearienne. Au cœur du théâtre donc, au bord du mythe, dans la fiction....

Lire l'article sur Le Clou dans la planche

ladepeche.fr

Image de la critique de ladepeche.fr

vendredi 15 janvier 2016

«Roberto Zucco» : danse avec le loup

Par Nicole Clodi

Bien sûr, Bernard - Marie Koltes est un artiste, un dramaturge, qui n'échappe pas au syndrome Duras, qui avait vu en Christine Villemin, supposée mère infanticide, une femme «sublime, forcément sublime ». Dans sa dernière pièce «Roberto Zucco» écrite juste après la mort, par suicide, du jeune tueur en série italien, classé schizophrène, Koltès voit en lui le mythe, l'incarnation en actes fous et sanglants, d ‘un désespoir....

Lire l'article sur ladepeche.fr

Culture 31

Image de la critique de Culture 31

mercredi 13 janvier 2016

La fuite

Par Jérôme Gac

Richard Brunel présente au Théâtre national de Toulouse sa mise en scène de la pièce de Bernard-Marie Koltès "Roberto Zucco". Il dirige Pio Marmaï dans le rôle-titre inspiré de la personnalité d'un meurtrier....

Lire l'article sur Culture 31

Reg'Arts

Image de la critique de Reg'Arts

mardi 12 janvier 2016

Roberto Zucco est un fruit de l'imaginaire

Par Charles Zindor

Vendredi 15 janvier 2016, j'ai vu une représentation de Roberto Zucco signée Richard Brunel. La grande salle du Théâtre de la Cité de Toulouse était pleine. Il y avait là des jeunes et des moins jeunes. À la fin du spectacle, j'ai demandé à un jeune qui semblait être un lycéen s'il avait aimé. Il m'a répondu oui. À la question qu'est-ce que vous n'avez pas aimé, il m'a jeté un regard ahuri comme si j'étais moi un animal étrange. Oui, qu'est ce q...

Lire l'article sur Reg'Arts

Les Lettres Françaises

Image de la critique de Les Lettres Françaises

lundi 11 janvier 2016

Un Roberto Zucco entre ciel et terre

Par Anaïs Heluin

Corps massif et regard doux dans un visage difficile à déchiffrer, Pio Marmaï a tout d’un animal traqué. Dans la scénographie spectaculaire conçue par Anouck Dell’Aiera pour Richard Brunel, directeur de la Comédie de Valence, il incarne d’emblée le héros de l’ultime pièce de Bernard-Marie Koltès (1948-1989). Roberto Zucco, tueur aux motifs obscurs, exprimés par bribes à la poésie brute....

Lire l'article sur Les Lettres Françaises