Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)
Accueil de « Requiem »

Requiem

Roméo Castellucci (Mise en scène), Wolfgang Amadeus Mozart (Musique), Raphaël Pichon (Direction musicale)

On en parle dans la presse et sur le web

Resmusica.com

Image de la critique de Resmusica.com

dimanche 14 juillet 2019

Le Requiem d’une vie

Par Jean-Luc Clairet

urprenant sur le papier, le projet de mettre en scène le Requiem de Mozart inaugure spectaculairement la première édition de Pierre Audi à la tête du Festival....

Lire l'article sur Resmusica.com

Les Inrocks

Image de la critique de Les Inrocks

vendredi 12 juillet 2019

Romeo Castellucci réinvente le “Requiem de” Mozart en ode à la vie

Par Patrick Sourd

En osmose avec le chef Raphaël Pichon, Romeo Castellucci réinvente la messe funèbre en fabuleux voyage vers la lumière....

Lire l'article sur Les Inrocks

Le Point

Image de la critique de Le Point

mardi 09 juillet 2019

Un « Requiem » d'enfer

Par Brigitte Hernandez

Le metteur en scène Romeo Castellucci et le chef d'orchestre Raphaël Pichon signent un « Requiem » de Mozart époustouflant au festival lyrique d'Aix-en-Provence....

Lire l'article sur Le Point

Télérama.fr

Image de la critique de Télérama.fr

lundi 08 juillet 2019

Le “Requiem” de Mozart se frotte au théâtre avec succès

Par Sophie Bourdais

Peut-on faire du théâtre avec une messe des morts ? Au festival d’Aix-en-Provence et à la Seine Musicale, deux tandems de chefs et metteurs en scène viennent de le confirmer. Des démonstrations très différentes mais tout aussi réussies....

Lire l'article sur Télérama.fr

Classicagenda : actualité musique classique et opéra

Image de la critique de Classicagenda : actualité musique classique et opéra

dimanche 07 juillet 2019

Un Requiem théâtral en ouverture du festival d'Aix-en-Provence

Par Luc Evrard

Puisque notre planète semble courir à sa fin dans une insouciance de carnaval, offrons-lui un Requiem.« Donne-nous, Seigneur, le repos éternel». Et puissions nous échapper dans l’au-delà à l’Enfer que nous avons créé ici-bas. La 71ème édition du Festival d’Aix-en-Provence, la première dirigée par le franco-libanais Pierre Audi, s’ouvre ce 3 juillet dans cette ambiance de fin du monde....

Lire l'article sur Classicagenda : actualité musique classique et opéra

Sceneweb

Image de la critique de Sceneweb

samedi 06 juillet 2019

Un Requiem à rebours

Par Christophe Candoni

En ouverture du Festival d’Aix-en-Provence, Romeo Castellucci et Raphaël Pichon réinventent génialement le Requiem de Mozart. Convaincus de sa portée théâtrale, ils en font la mémoire vivante des grandes disparitions dans le monde et placent au cœur de sa représentation la danse et l’enfance comme sources de régénérescence....

Lire l'article sur Sceneweb

Le Monde.fr

Image de la critique de Le Monde.fr

vendredi 05 juillet 2019

Le « Requiem » à la vie à la mort de Romeo Castellucci

Par Marie-Aude Roux

Dirigé par Raphaël Pichon à la tête de son ensemble Pygmalion, le chef-d’oeuvre mozartien a ouvert le Festival d’Aix-en-Provence....

Lire l'article sur Le Monde.fr

lesechos.fr

Image de la critique de lesechos.fr

jeudi 04 juillet 2019

L'agaçant « Requiem » de Mozart signé Castellucci

Par Philippe Venturini

En mettant en scène la messe des morts de Mozart à Aix-en-Provence, Romeo Castellucci veut célébrer la vie. Malgré ses prétentions, la fête prend souvent des accents de kermesse scolaire. Raphaël Pichon et son ensemble Pygmalion font ce qu'ils peuvent pour lui donner de la tenue....

Lire l'article sur lesechos.fr

Libération.fr

Image de la critique de Libération.fr

jeudi 04 juillet 2019

Requiem, le guichet des vanités

Par Guillaume Tion

A Aix, Romeo Castellucci et Raphaël Pichon proposent une expérience de la finitude en s’emparant de l’œuvre inachevée de Mozart....

Lire l'article sur Libération.fr

Olyrix.com

Image de la critique de Olyrix.com

jeudi 04 juillet 2019

Le Requiem de Mozart par Castellucci : l’inspiration du repos

Par Florence Lethurgez

Le Requiem, Messe des morts, n’a pas été conçu pour être mis en scène et il n’a pas d’intrigue à proprement parler. La vision qu’en propose Romeo Castellucci navigue entre opéra-ballet et tragi-comédie en musique. Le rideau noir s’ouvre sur le décor réaliste d’une chambre d’agonie, sonorisée par une polyphonie radiophonique. Une vieille femme y fume, y gît, s’y consume et devient cendre....

Lire l'article sur Olyrix.com

Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)