Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)
Accueil de « Roi du silence »

Roi du silence

Geoffrey Rouge-Carrassat (Conception)

On en parle dans la presse et sur le web

Sceneweb

Image de la critique de Sceneweb

dimanche 16 février 2020

Geoffrey Rouge-Carrascat s’en remet aux cendres

Par Anaïs Heluin

Dans son second seul en scène Roi du silence, l’auteur, metteur en scène et comédien Geoffrey Rouge-Carrassat s’adresse aux cendres de sa mère. Très performative, ciselée, sa parole éclot en un geste éruptif. Superbe. Sur une table qui en impose autant que le fauteuil vide installé à l’une de ses extrémités, une gerbe de fleurs …...

Lire l'article sur Sceneweb

Syma News

Image de la critique de Syma News

vendredi 14 février 2020

Conversation avec Geoffrey Rouge-Carrassat autour de son "Roi du Silence"

Par Florence Yeremian

Le comédien Geoffrey Rouge-Carrassat se confie sur son spectacle "Roi du Silence". Un vibrant coming-out scénique à découvrir au Théâtre des Déchargeurs....

Lire l'article sur Syma News

Le Bruit du off tribune

Image de la critique de Le Bruit du off tribune

mercredi 05 février 2020

«Roi du silence », Rouge-Carrassat prince de l'introspection

Par Marie Velter

Il faut aller découvrir l’univers bouillonnant de Geoffrey Rouge-Carrassat. Il a une présence et une allure singulière qui captent dès les premières minutes. Il possède une plume incisive, moderne et crue pour partager ses émotions et dégage une énergie scénique qui mérite le détour.

Lire l'article sur Le Bruit du off tribune

Un Fauteuil pour l'Orchestre

Image de la critique de Un Fauteuil pour l'Orchestre

mardi 23 juillet 2019

En parlant crument et sans fard !

Par Philippe Escalier

La découverte de ce texte, magistralement joué au Théâtre des Barriques par son auteur, Geoffrey Rouge-Carrassat, est un formidable choc ! Du théâtre à l’état pur ! L’heure est grave. Avant de disperser les cendres de sa mère, un jeune homme s’adresse à elle, pour dire enfin sa vérité. Qui il est et qui il aime. En parlant crument et sans fard !...

Lire l'article sur Un Fauteuil pour l'Orchestre

Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)