Accueil de « Qui a tué mon père »

Qui a tué mon père

+ d'infos sur le texte de Edouard Louis
mise en scène Stanislas Nordey

On en parle dans la presse et sur le web

Toutelaculture

Image de la critique de Toutelaculture

vendredi 22 mars 2019

Edouard Louis et Stanislas Nordey ressuscitent le père

Par Christophe Candoni

A la Colline, Stanislas Nordey porte avec panache et forte conviction les mots accusateurs du roman biographique et pamphlétaire d’Edouard Louis, Qui a tué mon père. …...

Lire l'article sur Toutelaculture

Maze Magazine

Image de la critique de Maze Magazine

jeudi 21 mars 2019

« Qui a tué mon père », théâtre très politique

Par Chloë Braz-Vieira

Stanislas Nordey signe une mise en scène émouvante du du pamphlet politique et intime d’Edouard Louis. En 2014, Edouard Louis publiait En finir avec Eddy Bellegueule, un récit dans lequel il racontait, sur le modèle du Retour à Reims de Didier Eribon, son enfance difficile d’enfant queer  dans un milieu défavorisé. Son père y apparaissait…...

Lire l'article sur Maze Magazine

Revue Etudes

Image de la critique de Revue Etudes

mercredi 20 mars 2019

L'amour interdit

Par Yvon Le Scanff

De retour au père, le fils découvre un drôle d’amour, au détour de petits riens : l’éloge et la défense du fils par le père face aux policiers, le film de filles (Titanic) offert dans un coffret de luxe, le rire d’enfant du père devant la grimace, le baiser sur la joue... Le fils découvre surtout que cet amour qui n’a pu se manifester que par effraction, par transgression, est littéralement interdit. Et le texte est là pour le dire....

Lire l'article sur Revue Etudes

lefigaro.fr

Image de la critique de lefigaro.fr

mercredi 20 mars 2019

Qui a tué mon père : la critique perd le nord avec l’adaptation de Stanislas Nordey 

Par Jean Talabot

Le directeur du Théâtre national de Strasbourg (TNS) adapte le livre d’Édouard Louis sur la scène de la Colline. Qu’en a pensé la critique, souvent élogieuse envers ces deux artistes?...

Lire l'article sur lefigaro.fr

Libération.fr

Image de la critique de Libération.fr

lundi 18 mars 2019

«Qui a tué mon père», histoire d’une domination

Par Anne Diatkine

A la Colline, Stanislas Nordey met en scène le roman d’Edouard Louis qu’il interprète dans un monologue intime et plein de rage sur l’exploitation des masses....

Lire l'article sur Libération.fr

L'Humanité

Image de la critique de L'Humanité

lundi 18 mars 2019

Stanislas Nordey dans la peau d’Édouard Louis

Par Marie-José Sirach

Le directeur du Théâtre national de Strasbourg adapte et joue Qui a tué mon père. Un texte intime qui croise le fer avec le politique porté par un des plus grands acteurs de sa génération....

Lire l'article sur L'Humanité

Un certain regard sur la culture

Image de la critique de Un certain regard sur la culture

lundi 18 mars 2019

La politique sur un corps

Par Guillaume Lasserre

A la Colline, l'interprétation magistrale de Stanislas Nordey révèle l'importance du texte d'Edouard Louis. "Qui a tué mon père" pièce engagée, se situe au croisement de l'intime et du politique. Seul en scène face aux effigies du père qui se multiplient, Nordey donne corps à ce récit douloureux mais nécessaire, dénonçant la mise à mort des classes populaires. Incandescent....

Lire l'article sur Un certain regard sur la culture

Sortiraparis.com

Image de la critique de Sortiraparis.com

lundi 18 mars 2019

"Qui a tué mon père" : critique d'une tragédie nationale

Par Marine S.

Alors que du côté de l’Odéon, les adieux de Jean-Luc Lagarce habitent le plateau du théâtre national, du côté de La Colline, Edouard Louis – qui s’est inspiré de l’œuvre de Lagarce pour son nom de scène, Louis – voit son livre 'Qui a tué mon père' adapté et interprété par Stanislas Nordey....

Lire l'article sur Sortiraparis.com

Madame Figaro

Image de la critique de Madame Figaro

dimanche 17 mars 2019

Stanislas Nordey : "Je sais comment on peut suspendre une salle avec un silence"

Par Laetitia Cénac

Il joue comme il respire, vibre, vit au rythme des mots. Acteur, metteur en scène et directeur du Théâtre national de Strasbourg, cet incandescent va d’Édouard Louis à Falk Richter, en passant par l’opéra. Confidences d’un enfant de la balle qui ne cesse de grandir....

Lire l'article sur Madame Figaro

Froggydelight.com

Image de la critique de Froggydelight.com

dimanche 17 mars 2019

Ne pas avoir été le fils de son père

Par MM

Sensible à la fonction politique du théâtre, Stanislas Nordey comédien, metteur en scène et directeur du Théâtre national de Strasbourg, a sollicité Edouard Louis, largement médiatisé comme la révélation littéraire de la saison 2014 avec "Pour en finir avec Eddy Bellegueule" relatant,...

Lire l'article sur Froggydelight.com