Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)
Accueil de « Pulvérisés »

Pulvérisés

+ d'infos sur le texte de Alexandra Badea

:Note d'intention

La course effrénée au profit, la folle circulation des capitaux se ruant sur la main-d’oeuvre la moins payée, le dérèglement du marché financier multipliant les faillites d'entreprises et accroissant la dette de pays entiers, nous les subissons comme de mauvais rêves.

Alexandra Badea a donné forme à un tel cauchemar : elle raconte une journée et une nuit de quatre personnes étrangères les unes aux autres. Pourtant la « mondialisation » les relie à leur insu. Elles n'en sont que des pions. On ne connaît même pas leur nom, seulement leur différente fonction sur un organigramme, leur ville, leur sexe :
« Responsable Assurance Qualité Sous-traitance Lyon H »
« Superviseur de Plateau (Team leader) Dakar H »
« Opérateur de fabrication Shangaï F »
« Ingénieur d'études et développement Bucarest F »

L'auteur suit successivement chacun de ces inconnus, depuis leur réveil, tout au long d'une journée sans date et d'une interminable nuit. Elle les accompagne sur leurs lieux de travail et jusque dans leurs chambres ou leurs dortoirs. Elle a choisi quatre vies anonymes parmi des millions, des millions et des millions qui se brûlent pour faire tourner la gigantesque roue de l'Économie Mondiale.

À la manière de Georges Perec dans L'Augmentation, Alexandra Badea délaisse les canons du théâtre traditionnel, la fable, la division en actes et en scènes, l'affrontement de personnages incarnés par des acteurs, costumés et maquillés… Au lieu d'écrire de brillants dialogues, l'auteure préfère s'adresser à mi-voix à ceux qu'elle vient rejoindre : elle les tutoie familièrement, leur parle en toute franchise, sans aucune pudeur. Elle dit à chacun ce qu'il est en train de vivre, de faire ou de penser, à l'instant même où elle le dit.

Ce poème narratif bascule constamment du monologue au dialogue. Une voix plurielle traverse la solitude d'un corps, entourée d'autres solitudes…

Nous nous réjouissons de pouvoir commencer à imaginer le premier « mode d'emploi » possible de ce texte qui, dès la première lecture, nous a saisis par sa force et son originalité. Sa forme même nous invite à explorer une autre manière d'aborder le théâtre.

Écrite en vers libres, la voix intérieure de ces personnages prendra corps à travers la performance d'Agathe Molière et de Stéphane Facco accompagnés par le son composé par Nihil Bordures. Les deux acteurs se chargent de porter une parole fragmentée, divisée, déchirée par cette crise qui traverse les têtes, transperce les corps ; les variations rythmiques, l’énergie, l’organicité des mots prendront leur ampleur en s’appuyant sur les sons, la musique.

À chaque séquence, le visage d'un des quatre personnages apparaît projeté sur grand écran, chacun écoutant silencieusement sa voix intérieure, dévoilée publiquement. Chaque portrait semble ainsi se parler à lui-même pour mieux saisir ce qu'il est en train de vivre, de subir le plus souvent ou de faire subir à un inconnu sans même vouloir le savoir. Pour ressaisir une part de son être qu'il ne parvient plus à reconnaître. Tous se sentent pris au piège d'un filet de contraintes. Chacun aspire à s'en délivrer pour partir vers une vie meilleure, ailleurs, quelque part, où ?

Sur ces grands portraits rebondit et se répercute une langue parlée, rude, rapide, répétitive, parfois, non sans humour, proche d'un sabir technique. Le rythme râpeux des mots, des notes de musique et des matières sonores, nous l'imaginons se déployer dans l'espace dépouillé dont Philippe Marioge a le secret.

Au cours de cette traversée, les portraits de ces quatre pions anonymes de mondialisation perdent inexorablement de leur éclat, de leur netteté, se dissolvent lentement sous l'effet de l'acide de ce récit.

Nous ressentons l’urgence à donner à entendre cette pièce qu'Alexandra Badea a écrite « comme on appelle une ambulance ».

Aurélia Guillet et Jacques Nichet

novembre 2013

imprimer en PDF - Télécharger en PDF

Ces fonctionnalités sont réservées aux abonnés
Déjà abonné, Je suis abonné(e) Voir un exemple Je m'abonne

Ces documents sont à votre disposition pour un usage privé.
Si vous souhaitez utiliser des contenus, vous devez prendre contact avec la structure ou l'auteur qui a mis à disposition le document pour en vérifier les conditions d'utilisation.