Accueil de « Prison Possession »

Prison Possession

mise en scène François Cervantes

On en parle dans la presse et sur le web

Comme il vous plaira

Image de la critique de Comme il vous plaira

jeudi 01 février 2018

Un spectacle humain sur l'inhumanité des prisons...

Par Judith Policar

François Cervantes, seul en scène pendant près d’une heure, nous offre un texte poignant inspiré de lettres qu’il a échangées avec Erik Ferdinand, un prisonnier, durant deux années

Lire l'article sur Comme il vous plaira

Le Bruit du off tribune

Image de la critique de Le Bruit du off tribune

mardi 16 janvier 2018

La force des mots comme outil d'évasion

Par Yves Kafka

Lorsqu’il émerge de l’obscurité où le plateau l’a plongé, François Cervantes se découvre à la fois impressionnant et fragile. Son corps entier est porteur d’un mystère qui irradie. Il y a, dans cette posture hiératique – nimbée savamment d’un clair-obscur que n’aurait pas renié Le Caravage – où l’immobilité est seulement trahie par quelques mouvements d’un bras accrochant la lumière

Lire l'article sur Le Bruit du off tribune

ThéâToile

Image de la critique de ThéâToile

lundi 24 juillet 2017

Prison Possession : dans la solitude des champs des mots

Par Sonia Bos-Jucquin

François Cervantes a eu carte blanche pour travailler avec des détenus. En visitant la prison, il interroge le bibliothécaire qui lui confie que les prisonniers lisent de la poésie ou des autobiogr…...

Lire l'article sur ThéâToile

Un fauteuil pour l'orchestre

Image de la critique de Un fauteuil pour l'orchestre

lundi 24 juillet 2017

C’est la puissance du réel qui est en jeu ici.

Par Jean Hostache

A partir d’une correspondance avec Erik Ferdinand, détenu de la prison du Pontet, François Cervantès nous expose un dialogue sensible et atypique le temps d’une représentation.

Lire l'article sur Un fauteuil pour l'orchestre

Club de Mediapart

Image de la critique de Club de Mediapart

mardi 18 juillet 2017

Pauline Bayle et François Cervantès ne sont pas seuls en scène

Par Jean-Pierre Thibaudat

ne man/woman show de vedettes de feuilletons télé et de la bande à comiques, exhibition-promo perso, pièce balbutiante pour acteur en herbe, etc., le « seul en scène » est un must du Off. Rares sont ceux qui portent haut cet exercice solitaire. C’est le cas de l’aîné François Cervantes et de la cadette Pauline Bayle. Lui avec Erik, elle avec Eric....

Lire l'article sur Club de Mediapart

bannière publicitaire du bas de page
Masquer la bannière