Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)
Accueil de « Pornographie »

Pornographie

+ d'infos sur le texte de Simon Stephens traduit par Séverine Magois
mise en scène Laurent Gutmann

:J’écris sur le monde dans lequel nous vivons

Raymond Carver a un jour évoqué les qualités requises pour être écrivain. D’après lui, on n’a pas besoin d’être un intellectuel pour être écrivain. On n’a pas besoin d’être l’élève le plus doué de sa classe ou le gamin le plus intelligent de son quartier. On a simplement besoin de pouvoir se tenir face au monde, bouche bée d’étonnement.
Il se pourrait bien que cela décrive aussi ma position. Et c’est peut-être pour ça que mes pièces sont devenues plus politiques.
Peut-être que dans mes premières pièces, cet étonnement m’était inspiré par les familles ou l’amour, par l’espoir ou les occasions ratées, et s’exprimait souvent à travers des histoires qui parlaient de gens quittant – ou essayant de quitter ou ne réussissant pas à quitter – leur ville natale. Et peut-être que dans mes dernières pièces, cet étonnement – ou cette sidération –, c’est le chaos du monde qui me l’inspire. (...)
Mes pièces sont tout aussi habitées par le doute, le manque de confiance, les contradictions et les incohérences que je le suis moimême, et il me semble que le monde l’est tout autant. Je ne considère pas que mes pièces soient là pour proposer des solutions ni pour faire valoir un point de vue idéologique sur une tribune publique. Je raconte des histoires sur des gens. Et les gens sont remarquables dans la façon qu’ils ont de toujours, toujours, se contredire et contredire leur culture.
Plus je vieillis, plus mon approche de la politique est changeante et contradictoire. On dirait que je suis incapable de soutenir une opinion, sur quoi que ce soit, plus d’une minute sans avoir aussitôt envie de me contredire. C’est une piètre qualité chez un essayiste ou un penseur politique, et peut-être même chez un conférencier. Cela me paraît être en revanche une qualité saine et salutaire chez un auteur de théâtre. Car l’auteur de théâtre travaille la glaise de la vie. Et la vie est une affaire de contradictions et de complexités. Je crois.
L’est-elle vraiment? Peut-être que non.
Le théâtre est un instrument assez médiocre pour transmettre un message ou donner des leçons. C’est un instrument magnifique pour représenter l’humain. Le théâtre, il me semble, convient plutôt bien à la contradiction et la complexité.

Simon Stephens - Extrait d'une conférence donnée à Hanovre en janvier 2008

imprimer en PDF - Télécharger en PDF

Ces fonctionnalités sont réservées aux abonnés
Déjà abonné, Je suis abonné(e) Voir un exemple Je m'abonne

Ces documents sont à votre disposition pour un usage privé.
Si vous souhaitez utiliser des contenus, vous devez prendre contact avec la structure ou l'auteur qui a mis à disposition le document pour en vérifier les conditions d'utilisation.