Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)
Accueil de « Phèdre les oiseaux »

Phèdre les oiseaux

+ d'infos sur le texte de Frédéric Boyer
mise en scène Jean-Baptiste Sastre

:Note d'intention

Le spectacle s’est construit avec la collaboration active et créatrice de différentes communautés dans le monde. Ce choeur venant de pays et de cultures différentes s’approprient ce chant poétique, cette incantation autour de Phèdre.

Cette pièce tente de faire entendre le chant terrible de notre propre banalité. Ce chant palimpseste caché derrière toutes nos petites histoires criminelles et amoureuses. Phèdre n’est pas un nom de femme. Phèdre disparaîtra. Comme les oiseaux. Phèdre n’a jamais reposé en paix. Elle apparaît aujourd’hui comme si elle sortait d’une forêt sauvage habillée en séductrice contemporaine. Elle peut pleurer en pensant que le reste de l’humanité autour d’elle s’est évanoui dans l’ombre. Et elle voit réapparaître ici une humanité qu’elle peine à identifier. Elle cherche quelqu’un et son espoir l’a rendue un peu épaisse, titubante, émouvante. L’homme qui est là peut-­‐être n’importe quel homme aujourd’hui, qui attend lui aussi quelqu’un ou quelque chose. L’homme est un familier des lieux – un endroit public où se retrouvent les gens comme nous pour oublier d’où ils viennent, qui ils étaient hier, et pour tuer le temps.
Extrait Phèdre les oiseaux, Frédéric Boyer (Ed. P.O.L., 2012)

imprimer en PDF - Télécharger en PDF

Ces fonctionnalités sont réservées aux abonnés
Déjà abonné, Je suis abonné(e) Voir un exemple Je m'abonne

Ces documents sont à votre disposition pour un usage privé.
Si vous souhaitez utiliser des contenus, vous devez prendre contact avec la structure ou l'auteur qui a mis à disposition le document pour en vérifier les conditions d'utilisation.