Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)
Accueil de « Petits crimes conjugaux »

Petits crimes conjugaux

mise en scène Marianne Epin

:Note d'intention

Conduit par une femme, un homme pénètre dans un appartement obscur. Lumière. Il est chez lui, mais ne reconnaît rien. Il rentre d'une semaine d'hôpital, amnésique, à la suite d'un choc à la tête. La femme, Lisa, sa femme depuis 15 ans, s'efforce de l'aider à recouvrer la mémoire, du moins le croit-on…A partir de ce qu’elle lui raconte, il tente de recomposer son existence. Mais si Lisa mentait ?...Est-il bien tel qu’elle le décrit ?
Un couple qui s'use, peut-être ? Rien de plus banal, rien de plus essentiel. Rien de plus attirant aussi.
Eric-Emmanuel Schmitt creuse ici ce qui mine le temps d'une vie ensemble, entre un homme célèbre par ses romans policiers et une femme qui n'en écrit pas mais les lit et y découvre de sordides et lucides réflexions qui grèvent sa confiance et détruisent ses rêves, surtout dans l'un des romans policiers de l'époux qui s'appelle... Petits crimes conjugaux.
Un suspense étonnant sur le couple à la recherche de la vérité. A la manière d'un Hitchcock traversant un plan, mine de rien, avec une diabolique malignité, Eric-Emmanuel Schmitt laisse le spectateur dans ce troublant va-et-vient grâce aux retournements de situation qui, dans ce duo où chacun cherche... la vérité de l'autre, maintiennent constamment l'intérêt… Qui croire ? A quel moment soudain l'un des protagonistes lâche-t-il quelque chose de sincère, de vrai ?
Eric- Emmanuel Schmitt s'est ainsi interrogé sur la question de savoir qui on aime vraiment quand on aime : une projection de notre propre esprit, un être idéalisé par l'imagination ou un être réel doté d'une personnalité propre irréductible à nos fantasmes ? Avec Petits crimes conjugaux, il s'attaque à ce qu'il n'avait pas encore osé aborder aussi directement : l'amour conjugal après quinze ans de vie commune, l'amour longue durée où les rêves finissent immanquablement par se heurter à la réalité. Une crise du mariage jusqu’à la tension suprême avant de trouver sa résolution, avec, sur un plateau de la balance, ses démons, la jalousie, l'hypocrisie, l'égoïsme, l'aveuglement et, plus communément, l'usure et la maladresse… Sur l'autre plateau, les souvenirs de la rencontremagique, la complicité, l'humour, l’amour et la tendresse, malgré tout feront-ils le poids ? Rien oublier, rien effacer, ce serait pire, il importe de continuer en pleine lucidité.
Cette joute a pour seul but d’énoncer la vérité universelle du couple :« jamais toi sans moi, et réciproquement.

Marianne Epin

imprimer en PDF - Télécharger en PDF

Ces fonctionnalités sont réservées aux abonnés
Déjà abonné, Je suis abonné(e) Voir un exemple Je m'abonne

Ces documents sont à votre disposition pour un usage privé.
Si vous souhaitez utiliser des contenus, vous devez prendre contact avec la structure ou l'auteur qui a mis à disposition le document pour en vérifier les conditions d'utilisation.