Accueil de « La Fille de Mars »

On en parle dans la presse et sur le web

Sceneweb

Image de la critique de Sceneweb

dimanche 23 juillet 2017

La Fille de Mars : Matignon sur une autre planète

Par Hadrien Volle

Comme cela est déjà arrivé l’an passé (mais aussi en 2013, en 2009, 2007…), Jean-François Matignon est programmé dans le IN d’Avignon. Cette année avec La Fille de Mars, d’après Penthésilée de Heinrich von Kleist. Un spectacle si raté qu’il ne mériterait même pas que l’on si attarde, mais voilà il est programmé dans l’un des festivals de théâtre au monde…...

Lire l'article sur Sceneweb

L'Alchimie du Verbe

Image de la critique de L'Alchimie du Verbe

dimanche 23 juillet 2017

Une intensité poétique rare et fragile

Par Raphaël Baptiste

Dès lors, La tragédie qui se déchaîne dans cette pièce se révèle alors à nous dans tous ses excès et nous apprend sans cesse que l'amour s'il est dépossédé d’orgueil est possible ou qu'alors il est voué au plus noirs desseins......

Lire l'article sur L'Alchimie du Verbe

l'insensé

Image de la critique de l'insensé

dimanche 23 juillet 2017

La fille de Mars… et l’ennui (du) mortel

Par yannick Butel

Proposant La Fille de Mars (titre qui fait suite à sa lecture de Penthésilée de Kleist), Jean-François Matignon se mure dans une mise en scène plate où la voix des interprètes stérilise le rythme… Ou comment La Fille de Mars renvoie le théâtre à des années lumières.

Lire l'article sur l'insensé

L'Insensé

Image de la critique de L'Insensé

jeudi 20 juillet 2017

La Fille de Mars, ou les désaccords de Matignon

Par Jérémie Majorel

Les choix dramaturgiques de Matignon sont audacieux, vraiment audacieux, insistons-y, mais gâchés malheureusement par une mise en scène naïvement figurative et une direction d’acteurs dépassée par la langue indomptable de Kleist....

Lire l'article sur L'Insensé

L'Insensé

Image de la critique de L'Insensé

jeudi 20 juillet 2017

La Fille de Mars, ou les désaccords de Matignon

Par Jérémie Majorel

Les choix dramaturgiques de Matignon sont audacieux, vraiment audacieux, insistons-y, mais gâchés malheureusement par une mise en scène naïvement figurative et une direction d’acteurs dépassée par la langue indomptable de Kleist....

Lire l'article sur L'Insensé