theatre-contemporain.net

Accueil de « Peer Gynt »

Peer Gynt

+ d'infos sur l'adaptation de David Bobée
d'après Peer Gynt de Henrik Ibsen
mise en scène David Bobée

On en parle dans la presse et sur le web

Les Inrocks

Image de la critique de Les Inrocks

vendredi 16 février 2018

"Peer Gynt", le cruel miroir tendu par Henrik Ibsen

Par Fabienne Arvers

Suivre Peer Gynt le temps d’une vie dans sa course autour du monde nous apprend l’art et la manière de se défausser en toute occasion. Loin d’être une idée d’ordre général, le dramaturge Henrik Ibsen en imagine toutes les facettes à travers les revirements de situation que le destin glisse sous les pas du voyageur....

Lire l'article sur Les Inrocks

Le Monde.fr

Image de la critique de Le Monde.fr

mercredi 14 février 2018

« Peer Gynt » dans la nuit foraine

Par Fabienne Darge

Le metteur en scène David Bobée signe une version poétique et juste du chef-d’œuvre de l’auteur norvégien Henrik Ibsen....

Lire l'article sur Le Monde.fr

Inferno

Image de la critique de Inferno

mardi 13 février 2018

« Peer Gynt », l'univers foutraque et coloré de Dvid Bobée

Par Pierre Salles

Henrik Ibsen (1828 – 1906) est décidément à la mode depuis quelques mois. Après le bel accueil d’Ibsen Huis mis en scène par Simon Stone au dernier Festival d’Avignon, voilà deux Peer Gynt qui tournent au même moment, celui d’Irina Brook au Théâtre des Bouffes du Nord et celui de David Bobée créé au « Grand T » de Nantes, qui se joue ce soir là dans ce très beau théâtre des Salins à Martigues.

Lire l'article sur Inferno

L'Humanité

Image de la critique de L'Humanité

lundi 12 février 2018

Songes et mensonges de Peer Gynt

Par Marie-José Sirach

David Bobée, directeur du centre dramatique national de Rouen, redonne au antihéros un souffle nouveau, nourri par une lecture audacieuse de la pièce éponyme d’Ibsen et une mise en scène vertigineuse....

Lire l'article sur L'Humanité

WebThéâtre

Image de la critique de WebThéâtre

lundi 12 février 2018

Voyage au bout du monde et de la nuit

Par Gilles Costaz

Deux Peer Gynt à l’affiche : l’un dansant et chantant, celui qu’Irina Brook propose aux Bouffes du nord (jusqu’au 18 février) et que l’on a pu voir il y a deux ans au Théâtre national de Nice, l’autre plus long, plus profond, plus noir, celui que David Bobée a donné à Nantes et à Sceaux et qu’il fait tourner en France. Le poème fleuve d’Ibsen est un long périple, une iliade et une odyssée nordique où un villageois vaniteux décide de rire de la vi...

Lire l'article sur WebThéâtre

Le Figaro

Image de la critique de Le Figaro

vendredi 02 février 2018

Le long et merveilleux voyage de deux chefs-d'œuvre

Par Armelle Héliot

« Les soldats de Lenz, par Anne-laure Liégois, et Peer Gynt d’Ibsen, par David Bobée, sont deux des plus beaux spectacles créés en région. À voir en banlieue et en tournée en France. »...

Lire l'article sur Le Figaro

lesechos.fr

Image de la critique de lesechos.fr

mardi 30 janvier 2018

« Peer Gynt », la sarabande des illusions perdues de David Bobée

Par Vincent Bouquet

Des montagnes russes brisées, une caravane souillée, un immense masque de clown à la renverse... Le « Peer Gynt » de David Bobée contient en son décor toute l'allégorie de la vie de ce vaurien, celle d'avoir tout abîmé à force d'avoir trop louvoyé, trop charmé, trop trompé, jusqu'à ce que la fête - foraine - soit définitivement terminée. Le metteur en scène a réussi à capter l'âme du personnage d'Ibsen, ni foncièrement bon ni foncièrement...

Lire l'article sur lesechos.fr

Unfauteuilpourlorchestre.com

Image de la critique de Unfauteuilpourlorchestre.com

mardi 30 janvier 2018

C’est du théâtre comme on en rêve...

Par Denis sanglard

C’est du théâtre comme on en rêve, épique, populaire, engagé, traversé d’une humanité qui vous bouleverse sèchement par sa vérité, sa profondeur. Nul espoir pourtant, pas de héros flamboyant mais un pauvre type qui rêve sa vie, affirme effrontément fendre les airs, attelé à un bouc, qui ne cesse de fuir, hors du monde, hors de soi, le diable aux trousses. Une nuit roi des trolls, un jour vendeur d’esclaves, un jour prophète, un jour empereur des fous, un dernier jour vieillard exsangue, usé, désabusé par l’échec d’une vie. Voilà Peer Gynt, parti de rien pour aboutir nulle part. Qui ne cesse d’inventer pour se réinventer, menteur, hâbleur, tricheur.

Lire l'article sur Unfauteuilpourlorchestre.com

Télérama.fr

Image de la critique de Télérama.fr

samedi 27 janvier 2018

“Peer Gynt”, un personnage monstre et misérable dans une pièce surréaliste

Par Fabienne Pascaud

La pièce d’Enrik Ibsen est un conte où chacun puise la séquence qui le fait décoller dans l’imaginaire, la pensée et les songes. ...

Lire l'article sur Télérama.fr

Libération.fr

Image de la critique de Libération.fr

jeudi 18 janvier 2018

David Bobée et Ibsen, la  foire d'€™empoigne

Par Augustin Guillot

Grandiloquence et ambiance tréteaux : le jeune metteur en scène s’empare de «Peer Gynt», la pièce du Norvégien qui lui correspond le plus....

Lire l'article sur Libération.fr