Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)
Accueil de « Par delà les marronniers »

Par delà les marronniers

mise en scène Jean-Michel Ribes

:Pièce (dé)montée

Un dossier réalisé par Caroline Bouvier

Edito

Créé le 1er juillet 1972 au Festival du Marais, repris en octobre de la même année à l’Espace Pierre-Cardin, Par-delà les marronniers, apparaît comme un ovni dans le paysage théâtral de l’époque. Construit dans la tradition de la revue de music-hall, avec chansons, plumes et paillettes, le spectacle n’hésite pourtant pas à mettre en scène trois personnages réels, trois personnalités inclassables, compagnons, complices ou précurseurs de dada et du surréalisme : ainsi, Jacques Vaché, Arthur Cravan et Jacques Rigaut viennent revivre sur scène. Et alors qu’ils ne se sont jamais rencontrés, Jean-Michel Ribes est le premier à mettre en lumière la communauté de leurs expériences, autour de cet humour ravageur qui les unit, qui ne prend absolument rien au sérieux, et surtout pas la vie. Comme dit Jacques Rigaut : « Le jour se lève, ça vous apprendra ! »

Depuis la création de la pièce, les trois hommes ont obtenu une certaine reconnaissance, leurs écrits se sont diffusés plus largement, et de nombreux blogs célèbrent désormais la fulgurance de leurs parcours. Chacun peut même voir sur Internet Arthur Cravan se préparant à combattre Jack Johnson. C’était en 1916. Pourtant, Jean-Michel Ribes revient à ces trois hommes, toujours inspiré par leur insolence et leur fantaisie. Il revoit, relit, réécrit. Quel regard pose-t-il sur ce trio aujourd’hui, à presque un siècle de distance ? Alors que le millénaire est franchi, qu’on célèbre le centenaire de la guerre de 1914-1918 et que les surréalistes s’exposent dans des rétrospectives très consensuelles, qu’ont encore à nous dire ces trois irréductibles ?

Par le biais de travaux et d’exercices divers, le présent dossier se propose de préparer au spectacle de Jean-Michel Ribes: la futilité du strass cohabite avec la radicalité du rire. Rien ne résiste à l’« umour ». Et si la mort finit par traverser la scène, dada est toujours là.

Sommaire

Édito

Avant de voir le spectacle,

  • Entrer dans l’univers du spectacle
  • Trois « gais terroristes »
  • Images, textes, performances : soyez dada !

Après le représentation, pistes de travail

  • Par-delà les marronniers, une vraie-fausse revue
  • Cynisme, provocation et scandale : les dandys en représentation

Annexes

  • Music-hall et revues des années folles
  • Présentation du spectacle par Jean-Michel Ribes
  • Propagande patriotique : images et chansons
  • Vaché dans la guerre
  • « Nous n’aimons ni l’art, ni les artistes »
  • Arthur Cravan et le Salon des indépendants de 1914
  • Jacques Rigaut, Agence générale du suicide
  • « HIE ! »


Pièce (dé)montée, présentation

« Pièce (dé)montée » est une collection nationale du CNDP, coordonnée par le Centre régional de documentation pédagogique de l’académie de Paris avec le soutien de l'Inspection Générale Lettres-Théâtre et en partenariat avec de nombreux théâtres en France. Elle a pour objectif de faciliter la compréhension des enjeux spécifiques du théâtre en confrontant les textes à leur représentation. En ligne et en libre accès, la collection suit l’actualité théâtrale et permet de faire découvrir de nouveaux auteurs et metteurs en scène.

« Pièce (dé)montée » est reconnue pour la très grande qualité de ses dossiers par la communauté éducative et les services des relations publiques au sein des théâtres.

Voir la présentation complète

imprimer en PDF - Télécharger en PDF

Ces fonctionnalités sont réservées aux abonnés
Déjà abonné, Je suis abonné(e) Voir un exemple Je m'abonne

Ces documents sont à votre disposition pour un usage privé.
Si vous souhaitez utiliser des contenus, vous devez prendre contact avec la structure ou l'auteur qui a mis à disposition le document pour en vérifier les conditions d'utilisation.