Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)
Accueil de « Pantagruel »

:Note du metteur en scène

Puisant son inspiration dans des sources populaires, François Rabelais a créé une galerie de personnages restée célèbre (Gargantua, Pantagruel, Panurge...) en même temps qu'il a totalement bouleversé la langue française, et inspiré tous les écrivains qui l'ont suivi, de Molière à Valère Novarina, en passant par Victor Hugo. Lire Pantagruel aujourd'hui, c'est effectuer un retour aux sources de notre langage et de notre imaginaire, où l'on sentirait en même temps le souffle moderne, expérimental de l'esprit humaniste qui l'a conçu.
La langue de François Rabelais, à la fois savante et charnelle, appelle le théâtre : les archaïsmes de vocabulaire et de construction se clarifient lors de la lecture à voix haute et deviennent même des appuis de jeu quand ils sont mis au service de la construction des personnages et des situations. C'est pourquoi le spectacle se fera dans la langue originale de Rabelais qui, loin de créer une distance, crée l'événement, révèle et déploie la singularité de la pensée de Rabelais.
La force évocatrice de l'oeuvre permettra que, comme Ô Carmen, Pantagruel soit une forme simple : un acteur et deux musiciens suffiront à nous faire partager les aventures autant comiques que philosophiques et spirituelles du géant Pantagruel, de son fidèle Panurge et de tout le cortège de créatures bouffonnes ou fantastiques qu'ils croiseront sur leur route théâtrale et musicale.
La langue de Rabelais appelle la musique : lire Rabelais à voix haute, c'est d'abord un réveil de sons inouïs que l'on provoque, comme Pantagruel le fait avec territoire, du bruit à la note, du vacarme à l'harmonie céleste. À l'instar de la force à la fois archaïque et contemporaine de Rabelais, la musique s'articulera autour d'un dialogue entre la musique ancienne et les musiques actuelles. David Colosio, dont la formation classique se double d'une grande connaissance des musiques d'aujourd'hui, envisage un travail polyphonique où Olivier Martin-Salvan, comédien qui dispose d'une solide formation de chanteur lyrique, pourra, au moyen de samples, assurer toutes les voix. Un joueur de cornet à bouquin, instrument à vent du XVIe siècle, accompagné d'un autre instrumentiste, compléteront l'équipée.

Benjamin Lazar

imprimer en PDF - Télécharger en PDF

Ces fonctionnalités sont réservées aux abonnés
Déjà abonné, Je suis abonné(e) Voir un exemple Je m'abonne

Ces documents sont à votre disposition pour un usage privé.
Si vous souhaitez utiliser des contenus, vous devez prendre contact avec la structure ou l'auteur qui a mis à disposition le document pour en vérifier les conditions d'utilisation.