Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)
Accueil de « Palais de glace »

Palais de glace

mise en scène Stéphanie Loïk

:Entretien avec Stéphanie Loïk

Qui est tarjei Vesaas ?

Stéphanie Loïk - Il est un des plus grands auteurs norvégiens. C’est un écrivain majeur, très peu connu en France, même si tous ses nombreux romans sont traduits. Palais de glace est un de ses derniers romans. Vesaas était un fils de paysan, paysan lui-même, quelqu’un qui parlait peu, qui observait beaucoup.
Il évoque la nature, les enfants, les animaux et les gens différents, ceux qui ne sont pas comme les autres et que les autres ne comprennent pas toujours.

Que raconte Palais de glace ?

S.L. - C’est l’histoire de la rencontre entre deux petites filles et de leur amour instantané et fusionnel. Unn porte un secret. Elle s’enfuit dans le mystérieux palais de glace et tout le village part à sa recherche, en vain.
J’ai longtemps hésité à adapter moi-même ce roman, mais le confier à Joël Jouanneau, c’était le soumettre à un vrai regard d’auteur. Joël l’a adapté pour deux voix, en une pièce dialoguée. France Darry jouera la tante et Daniela Labbé Cabrera jouera Siss qui a grandi, qui est devenue une jeune femme. Deux jeunes acrobates, Pauline Barboux et Jeanne Ragu (apprenties à l’Académie Fratellini), participeront au spectacle. Elles sont danseuses acrobates, spécialistes de la corde et travaillent à deux : elles vont s’élever, glisser dans les airs et leurs corps dans l’espace évoqueront la rencontre de Siss et de Unn, le parcours de Unn dans le palais de glace, le souvenir de cette morte suspendue, ensevelie, stratifiée dans la glace… et leur amour plus fort que la mort.
Le spectacle sera musical, chorégraphié. Jacques Labarrière composera pendant les répétitions la partition musicale qu’il interprétera en direct pour faire naître un univers cristallin de vent, de craquements, de bruissements, de voix, de nature et d’eau…
Et il y aura la lumière, celle de la Norvège, glacée, enneigée, peuplée de trolls, de brumes, de cascades et de forêts.

A côté d’oeuvres plus engagées, cet univers paraît comme un contrepoint dans votre parcours.

S.L. - En effet, les autres univers que j’explore relèvent beaucoup moins du rêve et de l’introspection. Dans celui-là, je trouve la paix, le calme, la beauté, l’enfance. Même si l’histoire est triste, elle m’apaise. L’autre facette de mon travail consiste à regarder le monde. Ici, c’est peut-être davantage un regard sur moi-même que je porte.

imprimer en PDF - Télécharger en PDF

Ces fonctionnalités sont réservées aux abonnés
Déjà abonné, Je suis abonné(e) Voir un exemple Je m'abonne

Ces documents sont à votre disposition pour un usage privé.
Si vous souhaitez utiliser des contenus, vous devez prendre contact avec la structure ou l'auteur qui a mis à disposition le document pour en vérifier les conditions d'utilisation.