Accueil de « Orfeo (Je suis mort en Arcadie) »

Orfeo (Je suis mort en Arcadie)

Jeanne Candel (Mise en scène), Samuel Achache (Mise en scène), Claudio Monteverdi (Musique), Florent Hubert (Direction musicale)

On en parle dans la presse et sur le web

Inferno

Image de la critique de Inferno

lundi 06 février 2017

"La Chronique dessinée" : « Orfeo »

Par Camilla Pizzichillo

"La Chronique dessinée" de Camilla Pizzichillo pour la revue Inferno sur Orfeo, je suis mort en Arcadie...

Lire l'article sur Inferno

lesechos.fr

Image de la critique de lesechos.fr

jeudi 19 janvier 2017

On ira tous au paradis

Par Philippe Chevilley

Comme à chaque fois dans les spectacles débridés de Samuel Achache et de Jeanne Candel, l'introduction déroute : la Musica, trempée de larmes, s'épanche ; une nymphe, aux airs de mamma, philosophe longuement avec son vieil ami... Puis Amour et Pan font leur entrée fracassante et la machine infernale de cet « Orfeo. Je suis mort en Arcadie » (créé à la Comédie de Valence début janvier) se met en marche....

Lire l'article sur lesechos.fr

Libération.fr

Image de la critique de Libération.fr

jeudi 19 janvier 2017

Styx rafraichissant

Par Guillaume Tion

Attention : ils ne présentent pas un opéra. Pas de méprise. Samuel Achache, Jeanne Candel et Florent Hubert proposent avec cet Orfeo - je suis mort en Arcadie, adapté de Monteverdi, peu ou prou ce qu’ils avaient déjà esquissé il y a quatre ans dans le Crocodile trompeur adapté du Didon et Enée de Purcell, et qui leur avait valu une pelletée d’éloges. C’est-à-dire que le trio s’empare de l’œuvre, l’investit, se la réapproprie, la redéfinit…...

Lire l'article sur Libération.fr

Le Monde.fr

Image de la critique de Le Monde.fr

lundi 16 janvier 2017

Remix enchanté dans les eaux du Styx

Par Marie-Aude Roux

Ça pue en Arcadie. Ça sent la charogne et le bouc – Pan, l’odorant satyre aux jambes flûtées –, le philosophe aussi, dont la sagesse sylvestre se pare d’incommodants miasmes corporels. Ça pue aussi la mort, qui s’invitera, comme les autres, aux noces d’Orphée et d’Eurydice. Nous sommes sur les terres d’une Aphrodite populaire, ersatz de mamma italienne que ravissent à l’excès les frasques de ses grands nourrissons, Amour, Pan et Dionysos....

Lire l'article sur Le Monde.fr

I/O Gazette

Image de la critique de I/O Gazette

vendredi 13 janvier 2017

Orfeo polyphonique

Par Floriane Fumey

À peine plus sage que par le passé, la compagnie La Vie brève a cette fois-ci jeté son dévolu sur « L’Orfeo » de Monteverdi. Le célèbre opéra, considéré comme un des premiers de l’histoire de la musique et sous-titré « Favola in musica » (« fable en musique »), aurait pu être écrit spécialement pour cette bande de comédiens-chanteurs, car il leur sied comme un gant....

Lire l'article sur I/O Gazette

Mediapart

Image de la critique de Mediapart

vendredi 06 janvier 2017

Manifeste pour un autre opéra

Par Jean-Pierre Thibaudat

Plus que toute autre œuvre, Monteverdi et son « Orfeo » servent les visées de Samuel Achache et Jeanne Candel pour rhabiller librement le couple théâtre et musique avec une sensibilité follement curieuse sans œillères et sans frontières....

Lire l'article sur Mediapart

bannière publicitaire du bas de page
Masquer la bannière