Accueil de « Opéraporno »

Opéraporno

+ d'infos sur le texte de Pierre Guillois
mise en scène Pierre Guillois

On en parle dans la presse et sur le web

Libération.fr

Image de la critique de Libération.fr

jeudi 19 avril 2018

«Opéraporno», chansons de saillies

Par Gilles Renault

En admettant que le texte d’Opéraporno puisse faire date, avouons un faible pour cet échange bien senti : «Ton père, il est mort comment déjà ? - En se branlant dans un far aux pruneaux. - Ah oui ! J’oublie toujours.» Bienvenue chez Pierre Guillois, auteur et metteur en scène qui, du burlesque muet à succès et tout public (Bigre) au cabaret autrement barré (le Gros, la Vache et le Mainate),...

Lire l'article sur Libération.fr

Les Trois Coups

Image de la critique de Les Trois Coups

jeudi 29 mars 2018

Une comédie qui défonce !

Par Léna Martinelli

La musique légère connaît une tradition grivoise. « Opéraporno » pousse le bouchon plus loin. Satire décomplexée, le spectacle fait mouche et c’est réjouissant....

Lire l'article sur Les Trois Coups

FIGARO

Image de la critique de FIGARO

mardi 27 mars 2018

"Opéraporno", comme son nom l'indique

Par Armellle Hélliot

 Le compositeur Nicolas Ducloux a eu l'idée de cet ouvrage. Il a demandé le livret à Pierre Guillois. Résultat : quatre interprètes doués dans des situations cocasses, scabreuses et scandaleuses, où tout le monde couche avec tout le monde, par inadvertance ou volontairement....

Lire l'article sur FIGARO

LExpress.fr

Image de la critique de LExpress.fr

dimanche 25 mars 2018

Opéraporno : à corps et à cul

Par Eric Libiot

Avec Opéraporno, spectacle trash, Pierre Guillois pousse systématiquement le bouchon (de la bienséance, de l'absurde, du burlesque, du réalisme) afin de griffer les travers de ses contemporains....

Lire l'article sur LExpress.fr

regardencoulisse.com

Image de la critique de regardencoulisse.com

dimanche 25 mars 2018

"Opéraporno", week-end familial à la campagne

Par Louis Rivet

Des dialogues foutrement bien troussés et servis par des artistes à la lubricité jouissive pour un spectacle qui semble ne pas aller jusqu'au bout de ses...

Lire l'article sur regardencoulisse.com

Théâtre du blog

Image de la critique de Théâtre du blog

samedi 24 mars 2018

Plutôt une opérette, et pas de porno

Par Edith Rappoport

Ici, point d’opéra: plutôt une opérette, et pas de porno, sinon dans les mots. Avec quatre comédiens-chanteurs, accompagnés au violoncelle et au piano : une belle qualité musicale et vocale à base de jazz, pop et variété française. Pierre Guillois affiche un humour féroce et un mauvais goût prononcé, et revendique l’emploi d’un langage des plus vulgaires…...

Lire l'article sur Théâtre du blog

Sceneweb

Image de la critique de Sceneweb

vendredi 23 mars 2018

Opéraporno, le retour de l’humour bête et méchant

Par Stéphane Capron

Voilà une comédie musicale signée Pierre Guillois et Nicolas Ducloux qui décoiffe. C’est politiquement incorrect, à contrecourant de l’époque. Opéraporno brise les tabous et parle ouvertement de sexe. Oreilles chastes s’abstenir....

Lire l'article sur Sceneweb

leparisien.fr

Image de la critique de leparisien.fr

vendredi 23 mars 2018

«Opéraporno» : rire et sexe sans tabou au théâtre du Rond-Point

Par Sylvain Merle

Pierre Guillois, Molière de la meilleure comédie pour « Bigre » passe toutes les limites du bon goût dans une opérette crue et trash. Âmes sensibles s’abstenir....

Lire l'article sur leparisien.fr

lesechos.fr

Image de la critique de lesechos.fr

mercredi 21 mars 2018

« Opéraporno » : sexe en mode majeur au Rond-Point

Par Philippe Vhevilley

Cher lecteur, si vous n'aimez pas la gaudriole, les histoires scabreuses, l'humour trash et scatologique, la satire familiale radicale, et si, par......

Lire l'article sur lesechos.fr

Culturebox

Image de la critique de Culturebox

vendredi 23 février 2018

Une œuvre crue et sans tabou

Par Jean-Francois Lixon

C'est de l'opéra car toute cette famille chante, c'est du porno car les personnages sont des obsédés sexuels de toute sorte, que les situations ont toutes à voir avec le sexe, que tous les tabous ou presque y sont explorés. Mais ce n'est pas du porno car les actes, nombreux, y sont simulés. Shocking ?...

Lire l'article sur Culturebox