Accueil de « L'Odyssée »

"L’Odyssée" / Blandine Savetier / Jour 5 : "Chez les Phéaciens chers aux dieux"

Ulysse, naufragé en Phéacie, vêtu de feuillage, demande vêtement et aide à Nausicaa. La princesse phéacienne lui répond avec grâce. Lavé et restauré, Ulysse resplendit de beauté. Nausicaa est sous le charme: si seulement les Dieux lui avaient accordé cet étranger si beau et si beau parleur pour mari!
Nausicaa explique à Ulysse comment il peut obtenir l'aide des Phéaciens. Il doit se rendre au Palais et implorer la reine Arété, sa mère. Chez les Phéaciens, la reine détient le vrai pouvoir. Elle prie Ulysse de les suivre à distance, pour ne pas susciter les médisances des Phéaciens qui n'aiment pas les étrangers. Ulysse les suit, s'arrête dans un bois sacré qui domine la ville et implore Athéna. Sous les traits d'une petite fille, elle vient et le guide au palais. Puis elle cache Ulysse dans une nuée magique, qui lui permet de traverser et d'admirer la ville, ses splendeurs, ses richesses et le palais d'Alcinoos, sans être vu. Ulysse arrive ainsi aux pieds mêmes d'Arété, et, ô stupeur, le nuage se défait sur l'image d'Ulysse embrassant les pieds de la reine qu'il implore. Alcinoos le nourrit, l'invite à participer à la libation et l'assure qu'il sera reconduit dans sa patrie. Vient l'aube aux doigts de rose, les Phéaciens rameutés par Athéna se réunissent à l'agora pour voir l'étranger. Alcinoos ordonne de préparer le navire qui le reconduira à Ithaque, et invite les Anciens à son palais pour le fêter. Démodocos, l'aède chante la querelle d'Ulysse et d'Achille ; l'hôte trahit son émotion, Alcinoos met fin au chant et ouvre les jeux sportifs.
Euryale, un jeune Phéacien, provoque Ulysse, étalant le sentiment de supériorité des Phéaciens. Piqué au vif, Ulysse s'empare d'un disque et le lance bien plus loin que tous les jeunes gens. Puis il les provoque à son tour. La tension monte, Alcinoos apaise Ulysse, et vante aussi les qualités des Phéaciens, notamment celles de leurs danseurs inégalables. De jeunes Phéaciens dansent, Ulysse est émerveillé. L'honneur phéacien est sauf.
L'aède revient et chante les Amours d'Arès et d'Aphrodite, vaudeville chez les Dieux de l'Olympe. Les hommes rient des Dieux volages. Revenus au palais, les Phéaciens entassent dans des coffres des cadeaux pour Ulysse. Au repas du soir, Ulysse demande à Démodocos de lui chanter l'histoire du cheval de bois à Troie. Pris d'émotion, il pleure comme une femme qui a perdu son mari à la guerre. Ulysse le héros pleure les horreurs de la guerre. Seul Alcinoos s'en aperçoit.

Détail de la vidéo

  • Durée : 59 minutes 47 secondes
  • Lieu : Avignon, Jardin Ceccano
  • Participants/comédiens : Avec Aline Belibi, Elan Ben Ali, Déborah Lukumuena, Neil-Adam Mohammedi, Yuko Oshima, Julie Pilod, Jordan Rezgui, Souleymane Sylla et des citoyens amateurs de théâtre. Production Festival d'Avignon, Compagnie Longtemps je me suis couché de bonne heure, Théâtre national de Strasbourg Coproduction Festival Musica (Strasbourg) Avec le soutien de la Fondation SNCF, mécène du feuilleton du jardin Ceccano depuis cinq ans, SACD, Région Grand Est Avec la participation artistique du Jeune théâtre national Avec l'aide de Odéon-Théâtre de l'Europe, les Plateaux sauvages (Paris) Avec l'aimable autorisation de Theo Angelopoulos Heirs Association En collaboration avec la bibliothèque Ceccano
  • Copyright : theatre-contemporain.net / Festival d'Avignon
  • Ajoutée le 11/07/2019

À propos de...

Copiez/collez ce code

Copiez/collez ce code (responsive)

Lien direct vers le media

Lien permanent vers cette page/vidéo