Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)
Accueil de « No Way Veronica »

No Way Veronica

+ d'infos sur le texte de Armando Llamas
mise en scène Jean Boillot

:Note d’intention

« Avec ce spectacle, mon objectif est de travailler sur l’impossibilité de représenter au théâtre une banquise enrubannée d’une tempête de neige, les paroles d’un pingouin, le ballet d’un hélicoptère, les traversées fulgurantes de la soucoupe volante qui transporte E.T.

Pour évoquer les éléments de cette fable simple et répétitive, mon postulat est de donner la priorité au son : imitations vocales, amplification, transformation, effets spéciaux, inserts recréent pour le spectateur un univers sonore, un cinéma pour les oreilles.

Remplacer l’illusion d’un personnage et d’un décor par la vraisemblance des voix et des sons ; demander au spectateur d’imaginer ; et donner à voir autre chose : les corps en train de produire un poème. Dramaturgie d’un concert.

Mettre en scène signifie ici mettre en son. Déterminer l’espace sonore, les proches et les lointains, articuler le jeu des points de vue, choisir des timbres de voix et des effets, pour raconter au spectateur-auditeur une histoire avec des sons.

Enfin être fidèle à cet agencement de sons et d’images qui renvoient sans cesse aux grandes voix du cinéma américain de 1960 à 1980, au cinéma de science fiction, au porno, au monde de la publicité, aux mythiques Laurel et Hardy.

Toutes ces images sensibles, désirables construites à partir d’icônes recomposées sont une déclaration d’amour au cinéma, à ses acteurs et à leur poésie.

Jean Boillot

imprimer en PDF - Télécharger en PDF

Ces fonctionnalités sont réservées aux abonnés
Déjà abonné, Je suis abonné(e) Voir un exemple Je m'abonne

Ces documents sont à votre disposition pour un usage privé.
Si vous souhaitez utiliser des contenus, vous devez prendre contact avec la structure ou l'auteur qui a mis à disposition le document pour en vérifier les conditions d'utilisation.