Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)
Accueil de « Nickel »

On en parle dans la presse et sur le web

Libération.fr

Image de la critique de Libération.fr

jeudi 27 février 2020

«Nickel», le voguing en planche de résistance

Par Thomas Corlin

Issu des «ballrooms» de la communauté LGBT new-yorkaise, cette contre-culture chorégraphique trouve de plus en plus sa place au sein des scènes institutionnelles....

Lire l'article sur Libération.fr

Un certain regard sur la culture

Image de la critique de Un certain regard sur la culture

vendredi 07 février 2020

Nickel, les promesses d'un nouveau monde

Par Guillaume Lasserre

Mathilde Delahaye conte trois temps de l'™histoire d'un lieu, occupations futures nées dans les ruines du capitalisme, réjouissants possibles où l'™humanité se réinvente dans ses marges, où les derniers sont enfin les premiers. « Nickel » est une rêverie sensorielle, un songe dans lequel le langage passe par les corps plutôt que les mots, un futur dans lequel la vie se réinvente après le chaos....

Lire l'article sur Un certain regard sur la culture

mouvement.net

Image de la critique de mouvement.net

lundi 27 janvier 2020

"Nickel" en quête d’un abri post-apocalyptique

Par Agnès Dopff

Pris en étau entre deux remakes des Temps Modernes, Nickel, la nouvelle création de Mathilde Delahaye, approche humblement l’univers du voguing et ses « maisons » en quête d’un abri post-apocalyptique...

Lire l'article sur mouvement.net

lesechos.fr

Image de la critique de lesechos.fr

jeudi 23 janvier 2020

« Nickel » : Mathilde Delahaye vogue sur le chaos du monde

Par Vincent Bouquet

Au Nouveau Théâtre de Montreuil, la jeune metteuse en scène investit une mine désaffectée pour y bâtir une utopie hypnotique et envoûtante, une sublime poche de résistance face à la déliquescence du monde....

Lire l'article sur lesechos.fr

Club de Mediapart

Image de la critique de Club de Mediapart

lundi 20 janvier 2020

Un troublant carnet du sous-sol

Par Jean-Pierre Thibaudat

Mathilde Delahaye poursuit autrement la veine du « théâtre-paysage » qui lui est justement chère. Dans « Nickel », elle associe, sur une scène de théâtre, une mine abandonnée et les communautés disparates qui s’y succèdent. Dont celle du voguing....

Lire l'article sur Club de Mediapart

Sceneweb

Image de la critique de Sceneweb

dimanche 19 janvier 2020

Nickel : une atomique utopie

Par Christophe Candoni

Donné au Nouveau théâtre de Montreuil, le spectacle de Mathilde Delahaye exalte avec une beauté insolite et euphorisante la force de résistance d’une communauté marginale composée de squatteurs vogueurs et performeurs. Une bande d’artistes multi-talentueux à l’énergie ravageuse investit l’ancien bâtiment d’une usine d’extraction de nickel et réinvente l’état et la fonction de ce vestige …...

Lire l'article sur Sceneweb

Toutelaculture

Image de la critique de Toutelaculture

vendredi 17 janvier 2020

"Nickel" : "Une résistance qui feint d'être une fête"

Par Julia Wahl

Un manuscrit trouvé dans l’hôpital psychiatrique d’une « ville sans arbre », tout entière orientée vers l’extraction de nickel. C’est là le point de départ de la pièce qui emprunte au métal son nom. Un manuscrit écrit par une ancienne ouvrière de la mine, fait de notes, parfois illisibles, de nouvelles, surtout, sur ce qu’aurait pu devenir cette usine aujourd’hui abandonnée....

Lire l'article sur Toutelaculture

La Croix

Image de la critique de La Croix

mardi 14 janvier 2020

« Nickel », l’extravagante création de Mathilde Delahaye

Par Guillemette de Préval

Jeune metteuse en scène, Mathilde Delahaye présente Nickel, une nouvelle création qui met à l’honneur les danses urbaines issues des communautés homosexuelles. Une expérience théâtrale singulière et déroutante....

Lire l'article sur La Croix

I/O Gazette

Image de la critique de I/O Gazette

mardi 12 novembre 2019

Le beau désœuvrement

Par Pierre Lesquelen

Malgré l’expérience postapocalyptique et postdramatique qu’il nous propose, « Nickel » se donne l’allure d’un vieux manuscrit retrouvé. Son « arche narrative » tripartite s’inspire fictivement d’une chronique minière, polluée et fantaisiste, qui reconfigure par son énergie désespérée la topographie d’une vieille usine métallurgique, aujourd’hui désaffectée. Collaborant avec Pauline Haudepin dans l’écriture, Mathilde Delahaye concrétise les promes...

Lire l'article sur I/O Gazette

Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)