Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)
Accueil de « Mon fric »

Mon fric

+ d'infos sur le texte de David Lescot
mise en scène Cécile Backès

:Note d'intention

On parle peu d’argent. Le théâtre se mêle souvent de parler de la famille, mais rarement sous l’angle de l’argent. Pourtant, de l’enfance au soir de la vie, la préoccupation de l’argent rythme le quotidien. Car on peut rêver d’en avoir plus. Et souvent, on dépense plus qu’on ne gagne. Mais comment faire ? On me propose de m’enrichir en magouillant un peu… j’accepte ? Mais à quelles conditions ? Où situer la limite de l’argent sale, de l’argent immoral, de l’argent interdit ? Peut-on imaginer de vivre sans argent, et sans tous ces tourments ? L’argent, étroitement lié au travail et au besoin de dépense, obsède nos jours et nos nuits.

David Lescot avait écrit une forme courte sur l’argent. Je lui ai proposé d’écrire le texte d’un spectacle qui, à travers ce thème, parlerait aux adolescents d’aujourd’hui. Dans Mon Fric, il écrit le récit d’une vie entre 1972 et 2040. « Moi, j’ai juste eu une vie normale », dit Moi, le personnage central. Une enfance dans les années 70, encore empreinte d’URSS, de culture marxiste et déjà de rock. Une vie où vont débouler Renaud (le chanteur), l’Inde, un vendeur de chez Darty, une sortie au cirque, Georges Bataille, les spectres du marxisme, l’avènement du libéralisme sauvage, et l’espoir des économies alternatives.

Voici donc Moi et sa famille, Moi, ses amours, ses emmerdes, sa jeunesse et ses ratages qui défilent. Voici aussi, en filigrane, les dernières décennies qui défilent. David Lescot déplie les feuilles d’un théâtre choral, drôle et léger, où l’on s’adresse en alternance tour à tour au public et aux autres personnages...personnages ? Des croquis d’êtres humains, plutôt, qui passent la tête le temps d’une ou deux répliques, le temps dont la fable a besoin. Mon Fric est un texte à jouer dans l’esprit d’une BD en croquant les détails, les gestes et les façons de parler.

La cour de récré, la rue devant le collège, l’arrêt du bus de ramassage scolaire, les colonies, le couloir de la maison où nous sommes nombreux à avoir inventé nos premiers théâtres de mômes, nos courses folles, nos cachettes sous un manteau qui sent fort le monde des adultes… les lieux de Mon Fric composent un « vestiaire de l’enfance », comme l’a joliment écrit Patrick Modiano. Entrelaçant les thèmes du moi, du temps et de l’argent, David Lescot s’affirme comme l’auteur d’un théâtre de la mémoire commune.

« J’aime beaucoup les fantômes : des êtres qui n’existent pas mais qui sont là, qui sont morts mais qui reviennent, qui parlent. Les fantômes peuplent les rêves aussi bien que les scènes de théâtre. Un personnage de théâtre c’est un fantôme. Il n’existe pas, mais il revient tous les soirs. On y croit quand on est enfant, puis on n’y croit plus, puis on y recroit, quand on a compris que l’univers du rêve et celui du théâtre étaient frères ». Ces paroles de David Lescot révèlent une fantaisie exaltante, toute en humour et en délicatesse, et pour moi un terrain de jeu intimement lié à ce que je cherche au théâtre : un espace habité par les ombres du paradis perdu de l’enfance, où les revenants et les présents s’évanouissent et reparaissent comme dans un rêve. Ce «récit-théâtre» de Mon Fric propose de jouer avec les différentes couleurs du temps : présent et passé s’enlacent pour laisser apparaître la possibilité d’un futur composé. Est-ce possible ? Oui, puisque l’art du théâtre détient les clés de ce jeu des temps. « L’argent, c’est le temps », semble dire David Lescot, à l’inverse du proverbe bien connu.

Ce terrain de jeu, je vais le partager avec une équipe de jeunes acteurs vus dans J’ai 20 ans qu’est-ce qui m’attend ? et Requiem, qui vont jouer de cette joyeuse écriture à ressort. Car la musique de l’écriture de David Lescot, percussive, battante, entraînante, éteint et rallume à volonté les signes de toute vie.

Cécile Backès

imprimer en PDF - Télécharger en PDF

Ces fonctionnalités sont réservées aux abonnés
Déjà abonné, Je suis abonné(e) Voir un exemple Je m'abonne

Ces documents sont à votre disposition pour un usage privé.
Si vous souhaitez utiliser des contenus, vous devez prendre contact avec la structure ou l'auteur qui a mis à disposition le document pour en vérifier les conditions d'utilisation.